Transition démocratique et transition numérique : Les défis des institutions des droits de l’Homme et de gouvernance au Maroc

et

Résumés

Depuis 1999, la transition politique au Maroc s’est construite sur une double dynamique. D’abord, une dynamique de légitimation de la gouvernance à travers la mise en place d’un calendrier électoral régulier et propre et ensuite, une dynamique de réhabilitation de la confiance et de renouvellement des termes du débat public à travers la mise en place des institutions des droits de l’Homme et de la gouvernance. Après le printemps arabe (2011) et les mouvements de contestations, ces institutions ont dû revoir leur façon de communiquer en investissant les nouveaux espaces publics de légitimation et de débat, ainsi que les réseaux sociaux. Un changement pour lequel ces dernières ne sont pas tout à fait prêtes.
Since 1999, the political transition in Morocco has been built on a double dynamic. First, a dynamic to legitimize governance through the establishment of a regular and clean electoral calendar and then, a dynamic to restore trust and renew the terms of public debate through the establishment of new institutions for human rights and good governance. After the Arab Spring (2011), these institutions had to review their way of communicating by investing in new public spaces for legitimization and debate, as well as social networks. A change for which these are not quite ready.

Texte intégral

A+ A-

Introduction

Interroger les pratiques de la communication des institutions constitutionnelles, verse dans notre réflexion continue sur l’espace public dans les périodes de transition politique. Les sciences de la transition et les transitologues lui ayant accordé peu d’importance et son rôle stratégique dans la reconfiguration de la scène politique en période de transition. Ces derniers ayant surtout synthétisé à partir de l’étude de plusieurs expériences des conditions politiques et juridiques pour caractériser les processus de transition politique.

L’espace public connaitrait, à notre sens, un certain nombre de mutations, représentées dans les discours et dans les actions des acteurs qui conduiraient à un changement de la représentation de l’État lui-même auprès des citoyens. Ces représentations permettraient à leur tour de construire de nouvelles relations entre citoyens et institutions.

C’est dans ce sens que nous avons interrogés la communication de cinq institutions créées à différents moments de la transition politique marocaine que nous présenterons ci-dessous.

L’étude qui part de l’hypothèse que la communication de ces institutions a changé depuis le moment du printemps arabe s’est basée sur une analyse documentaire des textes de création des institutions, une analyse quantitative de la présence de ces institutions sur les réseaux sociaux et un questionnaire consolidé par des entretiens directs avec les responsables de la communication de ces institutions.

Il conviendrait d’abord de faire le point sur un certain nombre de concepts avant de présenter le résultat d’une étude de la communication de cinq institutions constitutionnelles, au lendemain du printemps arabe.

Définition des concepts

La transition politique au Maroc

Bien qu’un certain nombre d’acteurs n’approuvent pas le mot transition prétendant que rien n’a changé, mais les règles définies1La transitologie a pour but de construire un modèle de ...continue par les transitologues appliquées au cas marocain confirment bien une transition. Nous appellerons cela une transition vers la démocratie, étant donné que la démocratie c’est une ambition commune vers laquelle tendent les nouvelles règles de gouvernance.

Nous considérons deux temps de la transition politique au Maroc : le temps des bilans et le temps d’un nouveau contrat social caractérisé par l’adoption d’une nouvelle constitution.

L’Espace public

L’espace public dans le sens habermassien a beaucoup été critiqué vu les changements dans sa configuration depuis le temps où il a été pensé en tant qu’espace public bourgeois. Nous pensons qu’avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information, il garde toute sa force par rapport à son apport à la démocratie en tant qu’espace de délibération. L’espace public dans le sens construit par Habermas en tant qu’espace de délibération politique « exige la visibilité et la possibilité du pouvoir de se montrer. L’échange démocratique et citoyen est aujourd’hui activé par des « réseaux sociaux » qui sont le plus souvent de nature informelle et virtuelle. À ce constat, il faut ajouter que l’espace public est aujourd’hui associé à l’idée de « raison communicationnelle » (Jurgen Habermas) qui, de nature procédurale et universaliste, n’a pas de contrainte spatiale puisqu’elle est formelle et non substantielle, tangible, visible ».2MONGIN, Olivier., « Métamorphose de l’espace public : ...continue

Nous faisons appel également au concept de l’espace public de Hannah Arendt, qui conditionne la visibilité dans l’espace public à l’action de prise de parole, qui est également, pour Arendt, le plus grand signe de liberté3TASSIN, Etienne. « Les gloires ordinaires : actualités ...continue. Cette action est un acte de courage permettant de sortir du privé au public4Ibid.

Il est important à ce niveau d’insister sur ce qu’on entend par espace public, de nos jours, au temps des réseaux sociaux, et de rappeler sa métamorphose5MONGIN, Olivier, Op.Cit., p.4.

Cet espace public, « conçu également comme une valeur spatio-temporelle où se déploie l’action politique est entendu en tant qu’espace d’apparence et de visibilité où les acteurs et les communautés d’acteurs se rendent manifestes ». 6TASSIN, Etienne, Op.Cit., p.4 C’est donc « l’espace requis pour que se déploient les manifestations politiques autant que les agissements des gouvernements, mais il provient et s’entretient des luttes sociales qui le réinventent à chaque fois »7Ibid.

Habermass et Arendt ont donné deux concepts clé sur lesquels repose la configuration de l’espace public et notamment en période de transition politique : son rôle dans la délibération citoyenne mais aussi la place de l’action de prise de parole.

Nous aborderons dans cet article l’espace public ‘renouvelé’, à savoir l’espace numérique en tant qu’espace de délibération citoyen. « Cet espace public en constante réinvention suivant la capacité des acteurs à agir est ‘une manifestation reconduite répétée mais surtout à chaque fois réinventée, renouvelle constamment l’espace public d’apparition, en réinvente les codes, les répertoires d’actions, les formes et les finalités »8CAPITANT, Sylvie et LECLERC-OLIVE, Michel. ...continue.

Nous considérons cet espace en constante réinvention par les citoyens9BRETON,Philippe. « La démocratie, d’abord une question ...continue  assoiffés de démocratie, faisant preuve de courage par leurs actions de prise de parole, à travers  « un dispositif au service de la quête de la démocratie »10MERAH, Aissa . « Nouvelles formes de participation en ...continue. L’Espace public est pour nous l’espace où se déploie toute parole publique, quel que soit le support ou l’acteur et à fortiori l’espace des réseaux sociaux qui a émergé au moment du printemps arabe.

Pour Philippe Breton,‘La citoyenneté confère à chacun un statut de praticien spontanément compétent de la démocratie’

Le changement de la représentation de l’État auprès des citoyens

Nous pensons comme Beauchemin, Bourque et Duchastel (1991) que « le passage d’une forme de l’État à un autre provoque non seulement le changement du rapport entre les institutions, mais aussi la mutation de la culture, du discours politique et de la représentation du monde ». Nous tenterons à travers une étude des formes de la communication, d’action et d’interactions des acteurs à la fois, d’étudier leurs impacts sur la forme de l’État. de voir jusqu’à quelle mesure ces actions dans l’espace public peuvent-ils changer les représentations même des formes de l’État ? S’agirait-il d’une vraie transition vers la démocratie ?

Notre travail part de l’hypothèse que le vent du printemps arabe a impacté la façon de communiquer des institutions de transition notamment en les orientant vers le numérique et les réseaux sociaux à la recherche d’une légitimation de la nouvelle forme de l’Etat, celle d’être en transition vers la démocratie.

La transition : Un parcours infini

Après 1999, le Maroc a été qualifié de pays en transition. Transition démocratique ou transition vers la démocratie, les termes changent d’un acteur à l’autre pour qualifier une nouvelle dynamique politique et sociale et de nouveaux équilibres dans l’exercice des pouvoirs que connait le pays depuis les premières années de règne. Pierre Vermeren11VERMEREN, Pierre. Le Maroc en transition, Paris, la ...continue parle de plusieurs transitions : transition monarchique, transition politique et transition sociale.

Bien que l’élan ait commencé à s’essouffler selon des observateurs depuis les manifestations ayant marqué le début de l’année 2011, et même bien avant, notamment après les attentats de 2003 où on a parlé de transition inachevée et de retour aux anciennes pratiques, etc12Plusieurs articles dans la presse nationale et ...continue.

En effet, la transition marocaine a été construite sur un double dynamique : une dynamique de légitimation de la gouvernance à travers la mise en place d’une dynamique électorale régulière et propre13Des échéances électorales régulières : aussi bien ...continue et une dynamique de réhabilitation de la confiance et de renouvellement des termes du débat à travers de nouvelles institutions.

La transition marocaine : processus et institutions

Depuis 1999, et au bout de vingt ans de règne nous distinguons deux phases qui ont marqué l’histoire du Maroc contemporain :

1999- 2011

La période des analyses et de débats à propos de la mise en place des règles d’un nouveau contrat social. Cette période a été le temps des grands bilans, évaluations et identification des erreurs pour ne pas les répéter dans le futur : parmi les grands moments de cette phase, nous citons essentiellement : l’Instance Équité et Réconciliation (IER)14L’Instance Equité et Réconciliation, est une commission ...continue, la dynamique de la réforme de la Moudawana et le rapport du cinquantenaire du développement humain15Le rapport des 50 ans de développement humain, a réuni ...continue, et la mise en place de nouvelles institutions de transition à même de réhabiliter la confiance et renouveler les termes du débat public, à savoir le Conseil consultatif des droits de l’Homme (CCDH), l’Institut Royal de la Culture Amazighe (IRCAM), Diwan Al Madalim (Ombudsman) et la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA).

Ces institutions, dont certaines ont joué et jouent un rôle majeur dans le changement, sont ce que l’on appellera dans cet article les institutions de transition.

De 2011 à ce jour

caractérisé par l’adoption d’une nouvelle constitution et la gestation politique et sociale pour la consolidation de la démocratie et de l’État de droit. La phase après le printemps arabe a été l’occasion de mettre en œuvre toutes les recommandations des différents rapports officiels et des différentes évaluations de la gouvernance sociale et politique. Elle a été couronnée par l’adoption d’une nouvelle constitution qui a mis en place de nouvelles règles du jeu politique. Un chantier législatif d’harmonisation et de mise en place des institutions est toujours en cours. Il est accompagné de grands débats politiques, juridiques et législatifs à propos de la mise en œuvre de la démocratie. Un bouillonnement facilité par les réseaux sociaux et une grande mobilisation des jeunes. Cette phase a été caractérisée par la création d’autres nouvelles institutions.

Ces deux phases ont connu la création et l’installation d’un certain nombre d’institutions non électives (issues des urnes), de Conseil et ou de régulation, dont le rôle est l’instauration de nouvelles règles de gouvernance et le renouvellement des termes des débats publics.

L’étude de la communication des institutions de transition se concentrera sur cinq institutions stratégiques : le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), le Médiateur du Royaume, la Haute Autorité de la communication Audiovisuelle (HACA), l’Institut Royal de la culture Amazighe (IRCAM) et le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE).

D’institutions de transition à des institutions de l’État de droit

Par institutions de transition, nous entendons les institutions qui ont été créées au moment de la transition, défini par les transitologues correspondant à la fin des années 90. La création de certaines de ces institutions a marqué le début d’une nouvelle époque. Cette création elle-même leur a attribué une fonction de la mise en œuvre de choix stratégique du pays pour la nouvelle ère et la mise en scène (action politique) du changement. Une fois créées, elles se sont attribuées16Issues des déclarations des institutions interrogées lors ...continue la mission implicite de reconfigurer et de mettre en scène une nouvelle représentation de l’État.

Nous présenterons dans cette partie en profondeur les institutions de transition concernées par cette étude et donnerons une idée sur le reste des institutions du même type, installées ou en cours de création (dont le processus législatif est en cours).

LE CCDH – CNDH

Le Conseil Consultatif des droits de l’Homme a été créé en 1990, par feu Hassan II et a été un des premiers outils pour installer la dynamique d’ouverture politique. « Dont l’une de ses conséquences a été la libération de 424 détenus, la commutation de la peine capitale à perpétuité en faveur de 195 condamnés à mort et le retour des expatriés et des réfugiés en vertu de la grâce royale amnistiante de juillet 1994. Dans le cadre de cette ouverture, le CCDH a entrepris l’étude de la question de la disparition forcée, déterminé les listes des victimes et les a rendues publiques à l’occasion de la grâce royale d’avril 1998 concernant un certain nombre de détenus suite à des événements sanglants lors d’affrontements entre des courants politiques ou des étudiants »17MAROC. CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L’HOMME. ...continue. Le CCDH dont les compétences ont été renforcées en 2002 en consacrant davantage son indépendance du pouvoir exécutif (les partis politiques ne sont plus représentés dans sa composition et les représentants du gouvernement y siègent à titre consultatif). Suite à cette réforme, le Conseil a été accrédité au Statut A par le Comité international de coordination des institutions nationales des droits de l’Homme du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme.

L’Institution a, dès les premiers mois de sa réforme, travaillé sur la recommandation de la création de la commission nationale de vérité et de réconciliation (Instance Équité et Réconciliation – IER), la première du genre dans le monde arabe et musulman et qui a été l’un des moteurs de la transition politique au Maroc.

Le CCDH a connu une troisième réforme en 2011. Il est devenu le Conseil National des droits de l’Homme et s’est vu élargir ses compétences territoriales avec des commissions régionales et renforcé davantage ses prérogatives de protection des droits de l’Homme. Il est devenu une institution constitutionnelle.

L’IRCAM

Dont la création a été annoncée en 2001, à l’occasion du discours du Roi à Ajdir18Commune et ville de la région d’Al Hoceima, l’Institut Royal de la culture Amazighe, concourt à la mise en œuvre des politiques à même de permettre l’introduction de l’amazighe dans le système éducatif et assurer son rayonnement dans l’espace social, culturel et médiatique, national, régional et local. « La promotion de l’amazighe est une responsabilité nationale, car aucune culture nationale ne peut renier ses racines historiques. Elle se doit, en outre, de s’ouvrir et de récuser tout cloisonnement, afin qu’elle puisse réaliser le développement indispensable à la pérennité et au progrès de toute civilisation. »19EL ALAOUI, Mohammed VI. Extrait du Discours Royal prononcé ...continue

LA HACA

La Haute autorité de la communication audiovisuelle a été l’outil principal de la libéralisation des ondes et de la liberté d’expression.  « Créée en Août 2002, elle est chargée de la régulation du secteur de la communication audiovisuelle. Elle est chargée d’assurer le libre exercice de la communication audiovisuelle, comme principe fondamental de la vie démocratique. Elle est aussi chargée de veiller au respect du pluralisme linguistique, culturel et politique de la société marocaine et de l’expression pluraliste des courants d’opinion et de pensée et du droit à l’information, dans le domaine de l’audiovisuel et ce, dans le respect des valeurs civilisationnelles fondamentales, des lois du Royaume et des droits de l’Homme, tels qu’énoncés dans la Constitution, par des moyens audiovisuels indépendants et respectueux des principes de la bonne gouvernance »20MAROC. HAUTE AUTORITE DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. ...continue.

Le Médiateur  du Royaume ( Ombudsman)

créé du temps de Feu le roi Mohamed V en 1957, dénommé «Bureau de Recherche et d’Orientation » avec une mission réduite de recevoir des requêtes des plaignants qui étaient orientées vers les secteurs administratifs compétents.
En 2001, une nouvelle institution, Diwan Al Madhalim a été créée pour  assurer à la fois la continuité historique et innover en matière d’approche et d’organisation fonctionnelles.
Enfin, en mars 2011 l’institution du Médiateur du Royaume a vu le jour, conformément aux pratiques modernes internationales adoptées par les pays avancés dans le domaine de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Depuis 2011, l’ensemble de ces institutions ont été constitutionalisées dans le chapitre XI sous le titre ‘institutions et instances de protection des droits et liberté, de la bonne gouvernance, du développement humain et durable et de la démocratie participative’.

Il est important de revenir sur la signification juridique et politique de la constitutionnalisation de ces institutions. Si avant 2011, ces institutions ont été créées pour amorcer un nouveau débat et impulser un changement dans la dynamique politique, ces dernières sont devenues, grâce à leur inscription dans la loi fondamentale, et aux côtés de nouvelles autres institutions, des acteurs principaux dans l’échiquier institutionnel, aux côtés des pouvoirs législatifs, exécutif, juridique et de l’institution monarchique. Leurs missions et responsabilités sont davantage plus renforcées.

Le CNDH :

Suite à sa constitutionnalisation et pour harmoniser le texte l’organisant avec les dispositions de la loi fondamentale, une nouvelle loi 76.15 portant réorganisation du Conseil a été promulguée en Mars 2018, lui octroyant de nouvelles prérogatives : notamment l’intégration de trois mécanismes de protection des droits de l’Homme (la prévention de la torture, la protection de l’enfance, la protection des handicapés) ;

Le Médiateur du Royaume:

9 ans après l’adoption de la constitution, le projet de loi 14.16 portant réorganisation du Médiateur du Royaume est encore dans le circuit législatif ;

La Haute Autorité de la communication audiovisuelle

Egalement constitutionnalisée, a été réorganisée en vertu de la loi 11. 1521Dahir n° 1-16-123 du 21 kaada 1437 (25 août 2016) portant ...continue. Comme tu l’as fait pour le CNDH, et dans un souci d’équilibrage, mets une ligne sur ce qu’a apporté cette loi de nouveau.

L’IRCAM

est dans le nouveau texte constitutionnel, devenu, le Conseil national des langues et de la culture marocaine (article 522Il est créé un Conseil national des langues et de la ...continue), dont le projet de loi portant sa création est encore dans le circuit législatif.

Le CESE23Dahir n° 1-14-124 du 13 Chaoual 1435 (14 août 2014) ...continue

qui est une institution constitutionnelle depuis la constitution de 1996 et qui n’a été créée qu’en 2011, s’est vu attribuer la dimension environnementale dans la nouvelle loi fondamentale dans son titre 924Article 151de la loi fondamentale‘Il est institué un ...continue.

Le chapitre XI de la constitution stipule également la création de nouvelles institutions, à savoir, l’Instance de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, le Conseil de la concurrence, le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, et qui sont également des institutions constitutionnalisées et dont les lois portant réorganisation ont été promulguées.

D’autres institutions, notamment le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, créé en 2006, attendent toujours la loi portant leur organisation.

D’autres nouvelles institutions créées par la nouvelle constitution, notamment le Conseil consultatif de la famille et de l’enfance et le Conseil consultatif de la jeunesse et de l’action associative ont déjà vu leurs lois promulguées et attendent leur installation.

LE PRINTEMPS ARABE : UNE REVOLUTION DE CHIFFRES ET DE LETTRES

S’il y a une chose à laquelle nous reconnaissons le printemps arabe, c’est bien la floraison numérique des comptes des citoyens sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter et Youtube ont été un acteur à part entière de la dynamique de révolte et de contestations dans les pays arabes et bien avant dans les mouvements de contestations qu’a connu l’Europe de l’Est.

Sadok Hammami,(2011) considère « les révolutions arabes comme un cas d’analyse éminemment intéressant pour affermir l’ouverture de la médiologie à la problématique de la communication(..) dans ce moment la communication n’est pas seulement liée à la dynamique de changement. Elle contribue à la constitution d’un modèle social et politique25HAMMAMI, Sadok .« Quand le peuple rentre en scène », ...continue ».

Le Maroc n’a pas échappé à la mode numérique de contestation et les réseaux sociaux notamment Facebook a été une des premières plateformes de mobilisation. Merah, Bendahan et Bouchalaa, soulignent l’importance également l’importance de l’accessibilité à la technologie et la démocratisation de l’accès à cette dernière et la baisse des tarifs, permettant une navigation facile et régulière de la jeunesse aux NTIC. Les dispositifs numériques étant « loin d’être des simples assemblages techniques, (…) ils sont toujours liés aux conditions de possibilité (politique, économique, sociale, technique) propres à un contexte particulier »26MERAH, Aïssa, BENDAHAN Mohamed et ALDJIA BOUCHAALA ...continue.

Le Maroc a vu l’émergence d’une jeunesse très politisée longtemps occultée par les médias traditionnels, notamment le 20 février, mouvement symbole d’une génération libérée au moment du printemps arabe. « Le 20 février a amené cela de nouveau : les jeunes, souvent taxés d’apolitiques, se joignent à toutes les forces vives du royaume ayant réclamé des réformes »27BENSALEH, Mounir, Réseaux sociaux et révolutions arabes, ...continue. Ainsi, « Le grand fossé qui existait entre le monde où se faisait la politique – la vraie –, la scène politique qui orne notre pays (élections, partis) et la rue est en train d’être réduit par l’essence même des revendications des jeunes du 20 février ; c’est une réelle valeur ajoutée politique pour le Maroc. La jeunesse s’ajoute résolument, et à sa manière, aux autres revendicateurs traditionnels des réformes. »28BENSALEH, Mounir, Op. Cit., p11 .

Ce que Ferry29FERRY, Jean-Marc. « Les transformations de la publicité ...continue a appelé « une transformation inédite de l’espace public induite par les nouvelles technologies de l’information faisant ainsi migrer d’une démocratie de représentation à une démocratie de participation ».

Ce fossé entre la pratique politique ‘ancienne école’ et l’exercice des revendications par la jeunesse dans les nouveaux médias a donné place à plusieurs réactions répressives de l’État : que cela soit lors des manifestations ou après, poursuites judiciaires ou bien une tentative de maitrise médiatique du phénomène.30Le 20 février 2011, des manifestations sont organisées ...continue  « Les pouvoirs en place n’essayent pas seulement de maitriser les manifestations, ils essayent aussi de maitriser l’internet »31PIOTET, Dominique. « Comment les réseaux sociaux changent ...continuecommente Dominique Pilet. Que cela soit à travers des opérations de censure32BENSALEH, Mounir, Op. Cit., p11 ou d’investissement de ce nouvel espace public. « Cependant et en dépit de ces mesures prises par les régimes politiques en place, les internautes recouraient aux proxys et demandaient régulièrement l’expertise d’autres pays arabes afin d’éviter tout filtrage. Désormais, la révolution se fait sur le Net et dans la rue »33TOUMI, Issam. « Printemps arabe’ et presse écrite : ...continue.

Dans ce nouvel environnement politique, « de nature à bousculer notre perception du rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication, dans les processus de mobilisation sociale et politique »34AMSIDDER, Abderrahmane, DAGHMI Fathallah et Toumi Farid. « ...continue, les institutions de transition se sont mises devant l’évidence que pour remplir leurs fonctions de création, il est important d’adopter les modes de l’action politique aux nouveaux espaces de visibilités de ces actions, notamment l’espace numérique assurant une présence protéiforme35PINEDE, Nathalie. « Du site web aux identités ...continue  de ces institutions.

Ces pratiques institutionnelles de l’usage du numérique dans la communication des institutions forgent tant bien que mal une présence numérique et l’incarnation d’une forme d’identité numérique de l’institution. Nathalie Pinède36PINEDE, Nathalie, Op.Cit. , p12  qui admet la difficulté de cerner les contours de l’identité numérique des organisations étant une problématique poly- facettes part d’abord de l’identité numérique des individus dotée de trois caractéristiques : « une identité déclarative : ou représentation de soi qui correspond aux signes saisis par le sujet lui-même pour se représenter, une identité agissante : produite par les signes de l’activité de l’utilisateur et une identité calculée qui résulte de l’agrégation de différents indicateurs telle que restitué par la plateforme mobilisée ».

Elle pense que « l’identité numérique des organisations à partir d’un déploiement numérique à n dimensions, à la croisée de dynamiques d’acteurs multiples. Sur le web, on peut distinguer deux grands types de lieux de mobilisation par les organisations afin de concrétiser leur présence : le site web et les réseaux socio-numérique ».37Ibid De ce fait, elle privilégie l’expression « d’identité numérique organisationnelle » et propose trois plans d’analyse : « la mise en scène de soi, la mise en usage de soi et la mise en évaluation de soi »38PINEDE, Nathalie, Op.Cit. , p12.

  • La mise en scène de soi renvoie à ‘l’identification et aux choix stratégiques’ des organisations pour mettre en scène sur leurs site web et sur les réseaux sociaux, ‘les possibilités d’interaction qu’ils permettent à leurs publics, via les forums, blogs, lettres d’information (…), leur réactivité en matière d’actualité’
  • La mise en usages concerne la production de données et de contenus (informations et réactions) pour interagir avec l’écosystème numérique.
  • La mise en évaluation, il s’agit d’une évaluation de deux perspectives  « endogène (algorithmique) et exogène (humaine) »  des deux premiers plans.

Notre étude s’est plutôt focalisée sur l’identification de la présence numérique de ces institutions à travers l’étude de leur e-réputation (évaluation endogène) et leurs tentatives de configurer une identité numérique de manière très consciente (évaluation exogène).

La conscience du déploiement de cette identité a été approchée à travers une question d’appréciation directe des personnes interrogées sur l’identité de leur institution et de l’image qu’a cette dernière auprès des citoyens.

La mise en scène de soi : est pour Pinède ‘la façon dont les organisations investissent les médias sociaux, les possibilités d’interactions qu’ils permettent à leur public, via des forums, blogs, lettres d’information par exemple, leur réactivité en matière d’actualité, sont autant de marqueurs visibles de l’expression numérique de l’organisation’.

La mise en usage : ‘est principalement un plan de production de données ou de traces, production hétérogène, diffractée en de multiples points. Il s’agit d’utiliser les ressources numériques (site web, réseaux sociaux) proposées par l’organisation elle-même, d’effectuer des transactions, de réagir (opinion, commentaire, émotion) dans l’écosystème numérique à des éléments en lien avec l’organisation, de consulter des recommandations proposées par les autres usagers’.

La « mise en évaluation de soi » s’appuie sur les deux précédents pour produire un traitement à partir des données, traces, attributs identitaires, traitement permettant une analyse et/ou une reconfiguration de l’environnement.

La révolution numérique en chiffre

L’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT)39MAROC. AGENCE NATIONALE DE REGLEMENTATION DES ...continue, dans son rapport d‘usages des TIC dans les ménages et par les individus en 2018’ indique que le Maroc représente bien cette migration vers le numérique.

Ainsi, le taux de pénétration d’Internet dans les ménages est de 64,8%. 74,2% des ménages sont équipés d’Internet (82,4% en milieu urbain et 56,8% en milieu rural), (60, 6% des ménages sont équipés en ordinateur et Tablette. Le divertissement (réseaux sociaux et l’actualité) sont les principales raisons d’équipement pour l’accès à Internet représentant 95,2%des usages. Les tranches d’âge des plus jeunes (de 5 à 39 ans) sont les plus équipées en smartphone avec un taux de 92,4%.

Également, la 7ème édition du rapport ‘Arab social Media’40EMIRATES, MOHAMED BEN RASHID SCHOOL OF GOVERNMENT. Arab ...continue (2017) élaboré chaque année par ‘Mohammed Ben Rashid School of Goverment’ donne une idée exacte du taux de pénétration des réseaux sociaux dans les pays arabes.

Dans ce qui suit, nous exposons les quatre traits saillants dudit rapport :

  1. Facebook est le réseau le plus populaire, avec une hausse de 16% comparée aux chiffres de 2015. Il présente 1.79 billion d’utilisateurs actifs mensuels, suivi de Twitter, de linkedIn et Instagram ; Facebook représente un taux de pénétration de 39% en 2017 comparé à 28% en 2016.Facebook reste le réseau social le plus populaire dans le monde arabe dont les comptes ont pratiquement doublé dans les trois dernières années (156 millions de comptes en 2017).
  2. La langue arabe est la langue dominante pour les utilisateurs des réseaux sociaux, il a atteint 55% de l’année 2017, comparé à 43% en 2015. Le plus haut taux de croissance de la langue arabe dans l’utilisation des réseaux sociaux a été enregistré en Afrique du nord ;
  3. Les jeunes dont la tranche d’âge est inférieure à 30 ans représentent une moyenne de 64% mais commence à devenir légèrement plus mature ;
  4. La balance genre pour les utilisateurs des réseaux sociaux dans le monde arabe. Les femmes ne représentent que 36% des utilisateurs.

Facebook au Maroc

Le Maroc fait partie des 22 pays dont le nombre de comptes Facebook dépasse la moyenne régionale. Représentant un taux de pénétration de 38% et une augmentation de ce taux de 14% entre 2014 et 2017, le Maroc a enregistré 5,5 millions de nouveaux utilisateurs. Les utilisateurs marocains représentant 9% des utilisateurs de Facebook dans le monde.

70,7% de ces utilisateurs Facebook sont âgés de 15 à 29 ans et 29,3% dépassent les 30 ans. 66% des utilisateurs sont masculins contre 34% du genre féminin. 37% des comptes utilisent la langue arabe, 2, 3% utilisent l’anglais, et 66% utilisent le français, avec une diminution de -6,53% de l’usage de la langue de Molière. 52% des comptes sont des dailyusers.

Twitter au Maroc

Le Maroc représente 2% des comptes Twitter de la région arabe loin derrière l’Arabie Saoudite (29%), l’Egypte (18%) et l’Algérie et l’UAE (9%). Entre 2014 et 2016 le nombre de comptes.

Twitter au Maroc a augmenté de 191%, représentant 1.463.000 comptes. Le taux de pénétration de Twitter est de 0,6%. 61% des comptes qui représente le sexe masculin contre 39% de sexe féminin. De toute la région arabe, seulement 1,6% des tweets proviennent du Maroc ce qui correspond à 13.510.572 tweets par mois.

Les données des deux rapports de l’ANRT et celles du rapport ‘Arab social média’ nous donnent une idée claire sur la réalité technologique et dynamique socio-culturelle de la présence des réseaux sociaux dans la société marocaine. Quid de la dynamique institutionnelle et politique qui accompagne ces changements dans la société. C’est ce que nous essayerons de voir en questionnant certaines institutions.

PLACE DES INSTITUTIONS DE TRANSITION DANS L’ESPACE PUBLIC NUMÉRIQUE

C’est dans ce contexte que, nous avons interrogéles pratiques de communication de Cinq institutions constitutionnelles, créées à différents moments de la transition marocaine.

Pour cette étude, nous nous sommes appuyés sur un questionnaire et des rencontres qui ont été faits avec les responsables de la communication de ces institutions durant le mois de Mars 2019.

Le questionnaire avait pour objectif d’identifier les pratiques de communication des institutions, notamment leur stratégie et sa relation avec les objectifs de leurs créations, leur présence sur la toile. Nous les avons également interrogés sur leur interactivité avec un phénomène caractéristique des réseaux sociaux et donc du nouveau ‘espace public’ qui sont les fausses informations (Fake News), mais également par rapport à une obligation juridique garantie dans la nouvelle constitution qui est celle de l’accès à l’information.

Ainsi, quatre institutions sur cinq interrogées disposent, aujourd’hui, d’une structure de communication, à l’exception de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle dont la communication est gérée au niveau de la présidence et de la direction générale.

La gestion de la Communication institutionnelle de la HACA pour la période 2005-2012 était centralisée au niveau du Cabinet du Président, en vertu du Règlement Intérieur de la HACA. En janvier 2013 et février 2016, la HACA a créé respectivement, un poste de chargé des supports de communication et un poste de Chargé de Communication au niveau de la Direction Générale.

Cette timidité dans la mise en place d’une structure de la communication vient peut-être d’une philosophie de travail de l’institution qui évoque « une sagesse institutionnelle »41Déclaration du représentant de la HACA lors des ...continue : « Eu égard à la nature de ses attributions et ses missions, la HACA a toujours privilégié ses relations avec la presse écrite pour servir l’image de l’institution, afin d’éviter tout risque de conflit d’intérêt en passant par les radios et les chaines de TV ».

La mise en place des structures administratives de la communication s’est en effet, faite tardivement dans l’histoire des institutions qui ont été créées avant 2011. Le CNDH qui a été créée en 1990, n’a mis en place sa structure de communication qu’en 2008. L’IRCAM créé en 2001, n’a mis en place le département de communication qu’en 2009, après décision du Conseil d’administration du 26 juin, « suite à une prise de conscience de l’importance de cette structure » selon la chef de département de la communication.

Le Médiateur a créé la structure de la communication en 2001 suite à la création de Diwan Al Madalim, et le Conseil économique social et environnemental a également créé la structure de la communication dès sa création en 2011.  Ces deux structures intègrent la composante communication comme une composante parmi d’autres métiers, notamment les systèmes d‘information, la coopération et la formation.

Seuls le CNDH et l’IRCAM ont des structures dédiées seulement aux métiers de la communication, lesquelles structures ont été mises longtemps après la création des deux institutions.

Étant donné ce type de configuration, deux structures sur cinq ont le responsable de la communication directement rattaché, dans l’organigramme, au top management, notamment le CNDH et l’IRCAM.

L’ensemble des institutions disposent d’un site web institutionnel à des niveaux différents de performance et de pratique de communication. 80% d’entre elles sont présentes sur les réseaux sociaux. Seul l’IRCAM, qui est, également, présent déclare que cette présence est non-officielle (ce qui veut dire dans le langage institutionnel pratiqué que la création de la page est non validée par les supérieurs).

Toutes les institutions privilégient Facebook, comme première présence sur les réseaux sociaux (46%), suivi par Youtube pour les médias audiovisuels (36%) et Twitter (18%).

Pratiquement toutes les institutions se sont mises sur les réseaux sociaux, après 2011. La seule institution qui, dès sa création, a fait usage des réseaux sociaux comme moyen de communication est le CESE, créé en 2011.

Les réseaux sociaux sont utilisés pour relayer des informations publiées sur d’autres sources notamment les sites web institutionnels et pour relayer des informations produites que pour les réseaux sociaux. Les contenus publiés sont multiples : textes et médias (photos et vidéo).

Facebook, le réseau le plus investi par les institutions.

Facebook étant le premier média social utilisé au Maroc est également le premier espace investit par ces institutions. Le CNDH vient largement à la tête de ces institutions avec une présence numérique assez forte à la fois en termes de followers, qu’en termes de publications et d’interactivité avec la communauté numérique. A la date de la rédaction de cet article, le total des fans du CNDH s’élève à 27733. Sur la période d’un mois (du 13/03/2019 au 14/04/2019)42Analyse faite avec le logiciel Socialbaker pour la période ...continue, l’institution a publié 31 post, avec un total d’interaction de sa communauté avec les post de 927 dont 668 de réactions, 67 commentaires et 192 partages.

Les post qui assurent le plus d’engagement sont les liens qui représentent 35.48 % du total des post sur la période étudiée et 37.22% du taux d’engagement de sa communauté. La photo représente 32.26 % du total des post et 32,58 % du taux d’engagement de sa communauté virtuelle et de la vidéo qui représente 29.03% des post mobilise à hauteur de 27.62% la communauté virtuelle de l’institution.

Le total absolu de changement de fans durant cette période est de 95%. Et le changement relatif des fans est de 0.34%.

Le Conseil économique, social et environnemental, qui se classe en deuxième position parmi les institutions étudiées, représente un total de 21713 fans sur sa page. L’institution publie essentiellement deux types de post. La photo représente 80% des post, suivie de la vidéo 20%. La photo assure un engagement de la communauté numérique de 63.95% et la vidéo 36.05%.

Durant la période étudiée, l’institution a publié 10 post qui ont assuré un total d’interactions de 147 dont 96 réactions, 11 commentaires et 40 partages.

Le total absolu changement de Fans est de 178 et le changement relatif des fans est de 0.83%.

La Haute autorité de la communication audiovisuelle a publié durant la période étudiée 7 posts. Ces derniers ont généré un total d’interaction de 120 dont 101 réactions (84.17%), 7 commentaires (5.85%) et 12 partages (10%). Le total de ces posts représente la photo.

L’analyse de la page du médiateur et de la page non officielle de l’IRCAM n’a pas donné des résultats à commenter, des pages quasi-non actives durant la période concernée par l’étude.

Twitter, la présence des responsables des institutions impacte la présence de l’institution

Le réseau Twitter est très timidement utilisé par ces institutions. Le CESE a été la première institution à avoir créé un compte sur ce réseau dès 2011, suivi du CNDH en janvier 2014 et de l’IRCAM en janvier 2011.

Le Compte du CESE, étant donné sa date de création, compte le plus haut nombre d’abonnés atteignant 108k, suivi du CNDH 16,3k et loin derrière se positionne l’IRCAM avec 143 abonnés.

Il est important de soulever à ce niveau le lien entre la présence et l’engagement des responsables de l’institution sur Twitter, et son impact sur les pages institutionnelles. Les deux institutions qui ont le plus d’impact sur Twitter et qui ont le plus d’abonnés sont celles dont les présidents sont présents sur le réseau. Ces responsables tirent la communication de ces institutions vers le haut et drainent de nouveaux abonnés en partageant les contenus publiés par leurs institutions.

Malgré le nombre d’abonnés sur le compte du CESE, le CNDH le dépasse largement en termes de contenus publiés. Le CNDH reste largement à la tête des institutions pour ce qui est de la production et publication de contenus sur les réseaux sociaux 1411 médias (photos et vidéo) parmi 3688 tweets. Il est suivi par le CESE qui a publié 1604 photos et vidéos parmi 3156 tweets.

L’IRCAM, pour sa part, a publié 132 photos et vidéos parmi 184 tweets depuis sa création.

Sur Youtube : les institutions sont présentes, mais pas très engagées dans la mise à jour

Youtube est le réseau utilisé par ces institutions pour partager leurs contenus média. Le CESE est le premier à avoir investi ce réseau social en novembre 2013. Depuis, il a publié 116 vidéos drainant 58888 de vues. Les vidéos produites sont de sa propre production et concernent également la couverture des évènements. Le CESE utilise également le compte YouTube pour faire du live streaming pour ses évènements.

Le CNDH a été présent sur un autre réseau de partage des médias, depuis 2012, à savoir Viméo, où il a publié 139 vidéos. Depuis décembre 2016, il a changé de plateforme en migrant vers YouTube, il a posté plus de 215 vidéos de sa propre production. Il a drainé sur YouTube 44989 vues. Pour le live streaming, le CNDH privilégie plus la page Facebook.

L’IRCAM s’est mis sur ce réseau depuis Mai 2015, il n’a publié que 41 vidéos drainant 1055 vues. Toutes les vidéos sont produites par l’institution elle-même.

La HACA reste l’institution la plus timide sur YouTube, avec une chaine bien que créée en 2014, mais n’ayant publié que 2 vidéos drainant 1517 vues. La chaine est rarement mise à jour, la dernière vidéo a été publiée, il y a 5 ans de cela. Les deux vidéos publiées ne sont pas la production propre à l’institution.

Le Médiateur du Royaume a créé sa chaine en 2018, publiant 31 vidéos drainant 2083 vues. Les vidéos publiées sont à la fois des productions propres à l’institution et des productions des tv et autres médias nationaux.

Pour l’ensemble de ces institutions, les contenus YouTube transitent impérativement par les autres réseaux sociaux, à savoir Facebook et Twitter pour assurer la visibilité de leurs contenus sur la toile.

 

Il est clair que l’ensemble de ces institutions ont évolué graduellement dans le sens de l’adoption de ces réseaux sociaux comme moyen de communication institutionnelle, après le printemps arabe. Certaines sont plus engagées que d’autres en termes d’usage et de livraison de contenus sur ces supports. Les moins engagés avancent plusieurs raisons : une dimension politique relative à la validation du contenu à livrer sur ces réseaux, une dimension technique relative à la maitrise de l’outil, et une autre managériale relative à la formation et à la disponibilité des ressources.

Les problèmes de gestion de ces réseaux sociaux se verront de manière claire dans la gouvernance des structures de la communication.

Malgré toute cette présence, l’étude a permis de constater que trois institutions sur cinq ne disposent pas de stratégie de communication numérique, mais toutes déclarent avoir une stratégie de communication globale.

Fragmentation des métiers de la communication

Les différentes structures institutionnelles rassemblent les métiers de la communication : la rédaction pour les différents supports, l’infographie, l’audiovisuel. Cependant, il n’y a pas d’exclusivité des ressources humaines, notamment les techniciens, dans les structures dédiées à la communication sauf pour le cas du CNDH et du CESE dont les ressources humaines (infographiste, spécialiste de l’audiovisuel sont affectés directement à la structure.

 

L’outil numérique gagne du terrain en matière de communication. La grande majorité des outils dont disposent ces institutions est numérique : intranet, revue de presse, site web, newsletter, et l’e-mailing. D’autres outils de communication notamment les brochures et publications, même s’ils sont réalisés pour un usage papier, leur communication au public passe impérativement par le numérique notamment le site internet et les réseaux sociaux.

Une expérience importante a été menée par le CESE en termes de consultation numérique : ‘MoucharakaMouatina’ (participation citoyenne) qui est un forum de discussion et de contribution, lancé en 2011 pour accompagner l’élaboration du rapport sur le modèle de développement des provinces du sud.

L’expérience n’a pas pu être renouvelée pour d’autres travaux vu le manque de ressources pour la modération des forums selon le directeur du système d’information et de la communication.

Le Forum, comme moyen de communication directe, a été une expérience unique parmi les institutions interrogées.

 

La gestion des relations presse est un aspect de la communication qui est partagé entre les structures existantes de la communication et le cabinet. Même dans le cas où il existe des structures dédiées, ce qui est le cas unique du CNDH, il reste un aspect qui se gère en même temps par le cabinet vu sa dimension politique.

Aux niveaux du CESE, de la HACA et de l’IRCAM, les relations presse sont exclusivement gérées par le cabinet.

L’émergence des réseaux sociaux a permis la propagation d’un phénomène non nouveau qui est celui des fausses informations (Dans le langage des Geek : fake news). Les médias communautaires ont donné une force de propagation considérable à ce phénomène.

Notre étude a tenté de connaitre les interactions de ces institutions avec les Fake news dans l’espace public numérique.

Trois institutions sur cinq interrogées réagissent aux fake news, soit en publiant un démenti, ou bien dans le cas des communications scientifiques de l’IRCAM, en publiant l’intégralité de la communication des intervenants. D’autres institutions déclarent ne pas réagir du tout.

Seulement une seule institution parmi les cinq interrogées déclare avoir été confrontée à une crise de communication à savoir la HACA, laquelle a eu lieu en mars 2012, lors de la première approbation des cahiers des charges de la SNRT et de la Soread 2M établis par le Gouvernement et approuvés par la HACA.

« Suite à cette approbation, une polémique juridico-politique éclate au sein de la coalition gouvernementale. Les autres partis de la majorité reprochent au PJD43Parti de la Justice et du Développement : parti qui ...continue, dont sont issus le Chef du Gouvernement et le ministre de la Communication, de ne pas les avoir consultés, tout en soulignant les éventuels vices de forme que suscite le fait de ne pas avoir soumis les projets de nouveaux cahiers de charges de la SNRT et de 2M au Conseil du Gouvernement ».

D’autres critiques émaneront par la suite des opérateurs publics eux-mêmes, décriant cette attitude unilatérale du Gouvernement qui ne les a pas ou trop peu consultés. Quant à l’opposition parlementaire, elle relèvera des objections de fond, comme la question de la diversité culturelle (suppression du français et des autres langues étrangères sur Al Aoula), l’interdiction de la publicité des jeux de hasard ou encore l’obligation de présence d’un homme de religion (théologien) dans les émissions de débat et de société…, qui seront largement relayées par la presse.

« De manière claire et concise, la communication institutionnelle de la HACA a veillé à concilier les deux objectifs suivants :

  • Préserver au mieux son indépendance et son image, tout en assumant une posture claire ;
  • Cultiver au maximum la diplomatie institutionnelle »44Déclaration du représentant de la HACA lors des ...continue.

 

Pour atteindre ces objectifs, « la HACA soucieuse d’instaurer une sagesse institutionnelle vis-à-vis de tous les acteurs, s’est contentée de publier un communiqué de presse qui a généralement eu pour objectif de :

  • Clarifier : Opérer les clarifications nécessaires sur le processus de l’approbation ;
  • Rationnaliser : Replacer les débats autour de l’approbation dans leur cadre rationnel;
  • Expliquer : Présenter l’expertise nécessaire pour analyser ou comprendre certains éléments de la régulation, particulièrement sur la nature juridique et institutionnelle de l’acte de l’approbation. »45Déclaration du représentant de la HACA lors des ...continue

 

Le CNDH réfute l’existence de crise de communication, et ce malgré une grande crise de communication qui a eu lieu suite à la fuite d’une expertise commanditée à un médecin légiste concernant des personnes détenues suite aux heurts lors des manifestations qu’a connues Al Hoceima46Mouvement de protestation né en 2016 suite au meurtre ...continue. Une fuite suite à laquelle il a dû publier un communiqué pour expliquer la nature du document et niant toute responsabilité sur la fuite et que cette expertise qu’il qualifie de « nullement définitive, et ne traduit pas la position et les convictions du CNDH qui en découlent sur la base des enquêtes, recherches, entretiens ainsi que des constats réalisés par les équipes dépêchées sur le terrain »47MAROC. CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L’HOMME. ...continue ;

L’analyse de la première partie du questionnaire nous a permis de comprendre le fonctionnement volontariste de la communication des institutions de la transition. Une présence caractérisée par une certaine timidité malgré leur conscience de l’importance des réseaux sociaux prouvée par leur réaction aux fausses informations, mais cette volonté et cette conscience est-elle toujours présente pour permettre l’accès des citoyens aux informations, qui est un droit constitutionnel ?

Droit d’accès à l’information : entre ambition démocratique et obligation juridique

La constitution de 2011 a consacré le droit d’accès à l’information comme un droit fondamental du citoyen. Elle stipule, dans son article 27 : « Les citoyennes et les citoyens ont le droit d’accéder à l’information détenue par l’administration publique, les institutions élues et les organismes investis d’une mission de service public. Le droit à l’information ne peut être limité que par la loi, dans le but d’assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l’atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi. ». La loi 31.13 relative à l’accès à l’information48Dahir n°1-18-15 du 5 Joumada II 1439 (22 février 2018) ...continue a été promulguée et a décrété l’obligation juridique et les mécanismes d’accès à l’information applicables et obligatoires à toutes les institutions de service public ainsi que les institutions stipulées dans l’article XII 49Les institutions concernées : les institutions et ...continuede la constitution.

La loi stipule dans ses articles 11 et 12 que les institutions concernées doivent mettre en place les mesures d’accès des citoyens à l’information à la fois dans le traitement et l’organisation de l’information que dans l’identification d’une ou plusieurs personnes en charge de cela.

Ladite loi stipule également la création d’une commission d’accès à l’information auprès du chef du gouvernement qui pour mission de veiller à l’application de ladite loi. Le même texte donne un délai d’une année pour les institutions concernées à partir de la date d’entrée en vigueur de la loi (une année au maximum après la publication de la loi dans le bulletin officiel), ce qui donne une date d’effet à partir de Mars 2020.

Les institutions de transition ont été interrogées à la fois sur les pratiques d’accès à l’information et sur les mécanismes institutionnels mis en place au jour de l’entretien.

Les institutions interrogées étant toutes concernées par cette loi, à l’exception du CESE50Déclaration de la responsable de la communication lors des ...continue, n’ont pas encore désigné les personnes responsables de l’étude des demandes d’accès à l’information. Toutes les institutions répondent qu’elles sont déjà dans la pratique de faciliter l’accès à l’information bien avant l’existence de cette loi que cela soit en publiant l’information sur le site ou en répondant aux demandes par mail ou bien par la rencontre directe des concernés.

Il est important de rappeler que deux des institutions interrogées à savoir le CNDH et le médiateur sont membres de la commission d’accès à l’information.

Cette loi pose en effet une confusion importante, dans la mesure où l’année d’entrée en vigueur est suivie d’une deuxième année, comme délai maximal pour les institutions concernées pour la mettre en œuvre.

Le défi principal de la loi est la publication par anticipation sur les moyens de communication des institutions concernées ce qui devrait « créer une nouvelle typologie d’échange entre les citoyens et l’administration. Un nouvel équilibre va être mis en place et doit être négocié au jour le jour en termes de mécanisme » déclare le président de la commission nationale d’accès à l’information, M. Omar Seghrouchni51OUDRHIRI, Kaoutar. « Omar Seghrouchni : Nous n’allons ...continue.  Elle devrait remettre en question toute la logique de circulation de l’information en interne et aussi le rôle des structures de la communication.

L’ensemble des institutions de transition interrogées ont dû tant bien que mal suivre le changement de la dynamique socio-culturelle imposée par la réalité des réseaux sociaux dans l’espace public. Des changements et mutations que nous avons remarqué dans leur migration vers le numérique en tant que support de leur communication. Qu’en est-il du discours qui accompagne cette conscience de changement, d’autant plus qu’en tant qu’institutions de transition, elles ont la mission implicite de reconfigurer la représentation de l’État.

ANNONCER ET METTRE EN ŒUVRE LE CHANGEMENT

L’ensemble des institutions interrogées déclarent que dans leur stratégie de communication a   pour objectif la mise en valeur du changement et de la transition au Maroc, c’est l’essence même du travail des institutions. Le CESE déclare que c’est l’objectif même de la création du Conseil que d’impulser un changement social. L’IRCAM et le CNDH insistent sur le fait que l’institution est un acteur de la transition.

L’ensemble des institutions déclarent que leur communication contribue à la mise en place d’une nouvelle identité du Maroc, qualifiée tantôt de : « consécration de l’Etat de droit et de promotion des droits de l’Homme »’, tantôt de « Maroc des institutions permettant de fournir les conditions institutionnelles et procédurales nécessaires au processus de consécration de l’État de Droit ou de Maroc pluraliste et multiculturel ». Chaque institution selon les missions qui lui sont dévolues.

Le CNDH, l’IRCAM et le CESE ont déclaré avoir une bonne image auprès des citoyens étant donné l’interactivité positive de ces derniers avec l’institution que cela soit au niveau des plaintes reçues ou bien des saisines des différents pouvoirs ou bien de l’interpellation des membres des institutions dans différentes activités aussi bien au niveau national qu’international. Le CNDH cependant, explique que le nombre de plaintes reçues qui ne rentrent pas dans le cadre de ses compétences indique que les citoyens ne connaissent pas bien les vraies missions de l’institution. Le Conseil reste tout de même une institution refuge, étant donné l’étendard des droits de l’Homme qu’elle porte.

Le CNDH et le CESE considèrent même que l’interactivité des citoyens sur les réseaux sociaux est également un indice de bonne image.

Le médiateur du Royaume avoue que « L’institution ne donne pas encore bonne impression chez les citoyens surtout les usagers dont les plaintes ne rentrent pas dans les attributions du médiateur ».

La HACA considère que l’image de l’institution auprès du citoyen est d’abord une question d’indépendance, de proximité, d’accessibilité, d’écoute, de réactivité et d’efficacité eu égard à sa raison d’être même, en l’occurrence contribuer à la transition démocratique et consolider les composantes de l’État de Droit. Ces éléments sont fondamentaux dans la philosophie d’action de la HACA, en tant qu’institution publique au service du citoyen. « Elle veille scrupuleusement à les rendre tangibles et effectifs ». Même si « les positions de la HACA sont sujet à appréciation et appréhension diverses, selon les convictions culturelles et les penchants idéologiques de chaque citoyen. »52Déclaration du représentant de la HACA lors des ...continue

Pour une transition menée par le courage et le savoir-faire

L’étude des pratiques de la communication des cinq institutions de transition nous a permis d’arriver aux conclusions suivantes :

Les différentes institutions ont eu conscience de l’importance et de l’enjeu de la communication par rapport à l’accomplissement de leur mission d’institutions de transition. Elles ont toutes créé une structure de la communication longtemps après leur installation juridique. À l’exception du Conseil Économique Social et Environnemental qui l’a fait dès sa création, coïncidant avec le moment du printemps arabe.  Toutes ces institutions ont entamé une migration vers la communication numérique et l’usage des réseaux sociaux après le printemps arabe. La majorité de ces institutions réagit aux fausses informations, qui est une caractéristique des réseaux sociaux, prouvant davantage, à la fois la conscience de ces dernières de ces médias et la reconnaissance de leur place dans l’espace public.

Ces institutions ne disposent pas encore de stratégie de la communication numérique, ni de ressources humaines dédiées à 100% pour la communication, et encore moins d’une gestion permettant une mise à jour et une interaction avec leurs communautés.

 

Ceci prouve deux choses. La première c’est que l’émergence des réseaux sociaux, en tant qu’espace de délibération, et leurs invasions par les citoyens assoiffés de débat, a inversé le paradigme de la gouvernance et de la prise de parole en tant qu’acte de courage dans le sens arendtien.  Le reversement même du paradigme de la gouvernance de l’espace public est en lui-même une preuve d’une transition politique.

Les réseaux sociaux permettant une certaine symétrie53BRETON, Philippe, Op. Cit., p5. – égalité dans l’espace de délibération avec les institutions à l’opposé de la situation avant la transition où l’espace public était caractérisé par la mainmise de l’État sur médias classiques en place.  Ce nouvel équilibre dans les relations sociales construit des mutations dans les relations sociales institutions citoyens qui concrétisent le changement. Ces mêmes interactions ne manquent pas d’influencer l’ordre politique et juridique et ce changement se réalise ainsi comme une alternative principale à la situation présente.54 Le développement historique de la doctrine de Marx a ...continue

 

La deuxième chose est relative à la pratique de la communication de ces institutions est également caractérisée par un manque de courage de se mettre en scène55TASSIN , Etienne, Op. Cit., p4 dans l’espace public – cette mise en scène, objet même de leur création- par ces actions de prise de parole.

On pourrait même dire que les institutions de transition manquent également de savoir-faire et des compétences à mettre en œuvre une parole. Ce savoir-faire que Philippe Breton (2008) considère être la base de la démocratie avant les institutions et les valeurs56BRETON, Philippe, Op. Cit., p5.. Breton parle de quatre plans de la compétence démocratique :  1- l’objectivation ( « la capacité  globale à écarter toute pulsion ou toute tentation d’ordre psychologique ou culturelle de recourir à la violence ») 2-l’empathie cognitive (« ce concept renvoie, au niveau des savoirs faire, à la capacité à se projeter, sur un plan cognitif, dans le point de vue de l’auditoire, d’identifier l’opinion qu’il défend et de concevoir des arguments dont il dispose à l’appui de cette opinion différente »)  3-la capacité de forger une opinion (condition sine qua non de la citoyenneté) 4- la promotion d’une norme oratoire de symétrie dans l’interaction et dans le débat ( « l’idée est ici que tout dispositif de parole démocratique fonctionne parce qu’il y a mise en œuvre concrète de ces normes et en amont des compétences correspondantes. (…) les savoirs faire qui s’articulent sur cette compétence sont la capacité à prendre la parole, à argumenter un point de vue, à écouter celui des autres »57Ibid. En effet, Breton affirme que la démocratie n’a pas seulement de base juridique légale que sont les institutions et le droit, laquelle base correspond en période de transition politique à de nouvelles institutions et à de nouvelle valeurs même promues dans les textes réglementaires de la sociétés (loi fondamentale et arsenal juridique), il fait de la délibération publique égalitaire une condition même de la mise en marche de la démocratie.

 

Cette symétrie qu’ont créée les réseaux sociaux (égalité entre les citoyens et les institutions), et une donne qui bouleverse la gouvernance de la prise de parole dans l’espace public, est donc elle-même un indicateur de la transition. « Le cyberespace a fait table rase de toutes les frontières traditionnelles entre public, média et source. L’apanage dont bénéficie chaque internaute est la capacité d’autopublication »58TOUMI, Issam, Op. Cit., p12.

Si la citoyenneté confère aux citoyens une compétence démocratique de fait59BRETON, Philippe, Op. Cit., p5. par leur statut et renforcée par le courage de l’action dans l’espace public, notamment après le printemps arabe les institutions de transition devraient, afin de pouvoir remplir leur mission, déployer plus de courage et de savoir-faire pour être présentes dans un espace public en perpétuelle mutation.

Ces institutions dont la majorité ont été créées dans la première phase de la transition, sont aujourd’hui – dans la deuxième phase- confrontées à plusieurs défis d’ordre managériaux et politiques afin qu’elles remplissent leur fonction qui est la représentation de la transition politique dans un espace public en perpétuelle renouvellement.

Ce manque de courage et de savoir-faire : la prise de parole et les compétences nécessaires pour son déploiement et sa mise en scène, affecte négativement l’idée même de la transition que beaucoup d’observateurs qualifient de lente, éternelle, laissant l’impression qu’il y a une stagnation ou un retour en arrière.

Les institutions de transition ayant transité par les deux phases de la transition susmentionnées, la première phase marquée par le courage de l’acte d’annonce de création par le roi, devraient se prendre en charge pour mettre en scène une vraie transition : une transition menée par le courage et le savoir-faire. Car « réussir la participation citoyenne, susceptible de réaliser le changement sociopolitique par une transition démocratique, est conditionné par la capacité des nouvelles formes de participation à améliorer et à capitaliser plusieurs aspects et principes démocratique dont le degré d’information des citoyens, leur prise de conscience collective, leur culture politique, leur socialisation avec le politique, leur sociabilités politiques et leur engagement et mobilisation politiques »60MERAH, Aissa, Op. Cit., p5. .

Cette étude confirme bien l’hypothèse que le printemps arabe a bien impacté la communication des institutions de transition, mais que le changement de la représentation de l’État nécessiterait davantage d’agilité communicationnelle, de savoir-faire et de courage dans la présence dans l’espace public.

Ce travail ouvre encore une brèche de recherche sur les mutations des formes de représentation de l’État à travers les mutations des discours des acteurs, elle renforce notre conviction de l’importance de l’espace public et son conditionnement des transitions politiques.

 

References   [ + ]

1. La transitologie a pour but de construire un modèle de transition basé sur cinq principales hypothèses : (1 ) selon la première, le simple fait de sortir d’un état dictateur peut être considéré comme une transition vers la démocratie ; (2) la deuxième suppose que la démocratisation se fasse par étapes : l’étape de l’ouverture, celle de la chute du régime ou de l’émergence d’un nouveau système démocratique et enfin la phase de consolidation ; (3) la troisième suppose des élections libres qui accroissent la participation des citoyens, condition fondamentale de la démocratie ; (4) la quatrième suppose le changement des caractéristiques économiques, politiques, institutionnelles, juridiques et ethniques des pays en transition ; (5) la cinquième suppose que le modèle de transitionsoit assumé et assimilé par les institutions étatiques au travers de changements se déclarant au sein même de l’Etat (création de nouvelles listes électorales, changements parlementaires et réformes juridiques…)
2. MONGIN, Olivier., « Métamorphose de l’espace public : l’espace public, au singulier et au pluriel ». Esprit, n°11 (Novembre 2012), p.73-87.
3. TASSIN, Etienne. « Les gloires ordinaires : actualités du concept arendtien d’espace public ». Cahiers Sens public, n°15-16(1 /2013), p 23- 36.
4, 7, 37, 57. Ibid
5. MONGIN, Olivier, Op.Cit., p.4
6. TASSIN, Etienne, Op.Cit., p.4
8. CAPITANT, Sylvie et LECLERC-OLIVE, Michel. « Introduction. A-t-on enterré l’espace public ? Enquête sur les avatars récents d’un concept », Cahiers Sens public, n°15-16, (2013), p.9-20.
9. BRETON,Philippe. « La démocratie, d’abord une question de parole ? », Raison présente, n°166, (2e trimestre 2008), pp 41-50.Pour Philippe Breton,‘La citoyenneté confère à chacun un statut de praticien spontanément compétent de la démocratie’
10. MERAH, Aissa . « Nouvelles formes de participation en ligne des jeunes en Algérie. Entre démarches stratégiques et impensées pour le changement », REFSICOM [en ligne], Mis en ligne le 24 octobre 2016. 6
11. VERMEREN, Pierre. Le Maroc en transition, Paris, la découverte ; France :, 2002, 226p.
12. Plusieurs articles dans la presse nationale et internationales, adoptent cette lecture, dans l’absence d’indicateurs réels d’évaluation de l’évolution et des régressions.
13. Des échéances électorales régulières : aussi bien pour les élections législatives (2002- 2007- 2011 (suite à la refonte constitutionnelle) et 2016) que pour les élections communales  ( 2003- 2009- 2015). Des opérations d’observation des élections de la part de la société civile nationale et des acteurs internationaux ont commencé à devenir une pratique de gouvernance depuis 2002.
14. L’Instance Equité et Réconciliation, est une commission de vérité crééeen 2004  pour établir la vérité sur les violations graves des droits de l’Homme dans le passé ( de 1956 à 1999 : période du règne de Hassan II), de réparer les préjudices subies par les victimes et leur familles et de formuler les recommandations pour la non répétition de violations.La commission a terminé son mandat et présenté son rapport final en novembre 2005
15. Le rapport des 50 ans de développement humain, a réuni une panoplie d’experts de l’université, de l’administration et de la société civile. Ces derniers ont travaillé sur l’évaluation des politiques publiques concernantplusieurs domaines depuis l’indépendance. Le rapport propose une base de connaissance et d’argumentation pour alimenter le débat, en tirant les leçons de l’expérience passée du pays et en indiquant des pistes de réflexion pour les deux décennies à venir.
16. Issues des déclarations des institutions interrogées lors des entretiens conduits dans le cadre de cette étude
17. MAROC. CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L’HOMME. Organisation et missions du CNDH. Rabat, CNDH. URL:  https://cndh.ma/fr/bulletin-d-information/organisation-et-missions-du-ccdh, (consulté en Mars 2019)
18. Commune et ville de la région d’Al Hoceima
19. EL ALAOUI, Mohammed VI. Extrait du Discours Royal prononcé le mercredi 17 Octobre 2001, à Ajdir (Khénifra), à la cérémonie d’apposition du Sceau chérifien scellant le dahir créant et organisant l’Institut Royal de la Culture Amazighe.
20. MAROC. HAUTE AUTORITE DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. Présentation. Rabat, HACA.  URL : https://www.haca.ma/fr/pr%C3%A9sentation, ( le 20 Mars 2019).
21. Dahir n° 1-16-123 du 21 kaada 1437 (25 août 2016) portant promulgation de la loi n° 11-15 portant réorganisation de la Haute autorité de la communication audiovisuelle. Bulletin officiel N° 6522 1er Rabii 11438 (1°-12-2016)
22. Il est créé un Conseil national des langues et de la culture marocaine, chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe et des diverses expressions culturelles marocaines, qui constituent un patrimoine authentique et une source d’inspiration contemporaine. Il regroupe l’ensemble des institutions concernées par ces domaines. Une loi organique en détermine les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement.
23. Dahir n° 1-14-124 du 13 Chaoual 1435 (14 août 2014) portant loi organique n°128-12 relative au Conseil Économique, Social et Environnemental. Bulletin officiel Nº 6284 – 24 Chaoual 1435 (21-8-2014).
24. Article 151de la loi fondamentale‘Il est institué un Conseil économique, social et environnemental.

Article 152 : ‘Le Conseil économique, social et environnemental peut être consulté par le gouvernement, par la Chambre des Représentants et par la Chambre des Conseillers sur toutes les questions à caractère économique, social ou environnemental. Il donne son avis sur les orientations générales de l’économie nationale et du développement durable.

Article 153 : ‘La composition, l’organisation, les attributions et les modalités de fonctionnement du Conseil économique, social et environnemental sont fixées par une loi organique.’

25. HAMMAMI, Sadok .« Quand le peuple rentre en scène », Médium,n°29, (2011), p 49-65.
26. MERAH, Aïssa, BENDAHAN Mohamed et ALDJIA BOUCHAALA Nabila. «Entretien avec Alain Kiyindou sur le rapport entre les jeunes et les technologies appliquées à la culture numérique», French Journal For Media Research [en ligne].
27. BENSALEH, Mounir, Réseaux sociaux et révolutions arabes, Paris, Michalon, 2012.
28, 32. BENSALEH, Mounir, Op. Cit., p11
29. FERRY, Jean-Marc. « Les transformations de la publicité politique », Hermès, n°4, (1989). p15-26
30. Le 20 février 2011, des manifestations sont organisées dans plus de 50 villes et localités marocaines, mobilisant plus de 200 000 citoyens. Mis à part quelques actes isolés de vandalisme, elles ont remporté un franc succès. Les médias ont peu à peu brisé le silence auquel ils étaient réduits pour recueillir nos déclarations. Le monde entier a suivi les manifestations, directement, à travers nos vidéos YouTube, nos tweets, Facebook. Mais le traitement biaisé des médias nationaux, tenus par les autorités ou par les annonceurs, des préparatifs des manifestations du 20 février, poussera des cybermilitants, des blogueurs pour la plupart, à trouver une alternative : ce sera Mamfakinch20’ (Bensaleh, M)
31. PIOTET, Dominique. « Comment les réseaux sociaux changent notre vie »  Esprit, (juillet 2011). p 82- 95.
33. TOUMI, Issam. « Printemps arabe’ et presse écrite : quelles représentations ? Cas du Matin du Sahara et du Maghreb et de la Presse de Tunisie ». French Journal For Media Research, (2017).
34. AMSIDDER, Abderrahmane, DAGHMI Fathallah et Toumi Farid. « La mobilisation sociale à l’ère des réseaux sociaux : cas du Maroc », ESSACHESS : Journal for Communication Studies, vol. 5, n°1( Septembre 2012), p.151-161.
35. PINEDE, Nathalie. « Du site web aux identités numériques organisationnelle : proposition d’un modèle d’analyse ». Questions de communication, n°34 (2 /2018), p 75- 94.
36. PINEDE, Nathalie, Op.Cit. , p12
38. PINEDE, Nathalie, Op.Cit. , p12.
39. MAROC. AGENCE NATIONALE DE REGLEMENTATION DES TELECOMMUNICATIONS. Usages des TIC dans les ménages et par les individus : 2017 :synthèse des résultats . Rabat, L’ANRT, 2018
40. EMIRATES, MOHAMED BEN RASHID SCHOOL OF GOVERNMENT. Arab social Media Report 2017. Dubai, MBRSG, 2018.
41, 44, 45. Déclaration du représentant de la HACA lors des entretiens réalisés pour écrire cet article.
42. Analyse faite avec le logiciel Socialbaker pour la période du 13 Mars 2019 au 14 avril 2019.
43. Parti de la Justice et du Développement : parti qui dirige le gouvernement depuis 2012.
46. Mouvement de protestation né en 2016 suite au meurtre d’un jeune vendeur de poisson dans une banne à ordures.
47. MAROC. CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L’HOMME. Communiqué de presse du CNDH relatif à la fuite du rapport. Rabat, CNDH, 2016.
48. Dahir n°1-18-15 du 5 Joumada II 1439 (22 février 2018) portant promulgation de la loi n°31.13 relative au droit d’accès à l’information. N°6670 / 16 Chaabane (3-5- 2018)
49. Les institutions concernées : les institutions et instances de protection des droits et libertés, de la bonne gouvernance, du développement humain et durable et de la démocratie participative.
50. Déclaration de la responsable de la communication lors des entretiens réalisés pour rédiger cet article. Le CESE ne tombe sous la contrainte de la loi d’accès à l’informationqui ne désigne que les institutions des droits de l’Homme e de la démocratie. Néanmoins, l’esprit du texte de loi concerne toutes les institutions publiques.
51. OUDRHIRI, Kaoutar. « Omar Seghrouchni : Nous n’allons pas faire flancher les GAFA », Telquel, N° 853, du 12 au 18 avril 2019.
52. Déclaration du représentant de la HACA lors des entretiens réalisés pour la rédaction de cet article.
53, 56, 59. BRETON, Philippe, Op. Cit., p5.
54.

Le développement historique de la doctrine de Marx a montré que le concept de transition se prête à deux définitions plus ou moins contradictoires, deux modèles de changement social contenus sous le concept de « transition » : (1) un modèle qui envisage la transition comme un processus ; (2) un modèle qui envisage la transition comme une finalité « outcome »

La transition comme processus : Ce modèle, dit aussi révolutionnaire ou populaire, présente la théorie du changement social comme un processus qui n’est ni expliqué ni déterminé par une finalité. Les modalités concrètes du changement social ne sont pas spécifiées, mais ce sont plutôt les mutations des relations sociales qui concrétisent le changement. La modification ainsi produite est une sorte d’interaction entre les différents niveaux et différentes formations sociales. Ces mêmes interactions ne manquent pas d’influencer l’ordre politique et juridique  et ce changement se réalise ainsi comme une alternative principale à la situation présente.

La transition comme finalité : Ce modèle évolutif ou occidental libéral pense la transition comme un concept qui n’a de sens que dans la projection de la finalité supposée. Le changement se fait selon des institutions spécifiques de médiation politique. Le changement ne se fait que par l’incarnation de la société d’un grand nombre de nouvelles normes et lois. Les institutions politiques et sociales sont séparées et ce sont les formations politiques qui dynamisent le changement social. Ce modèle considère la transition comme le résultat d’une intervention externe de l’élite sociale ou politique « state-led » or « élite-led ».Le changement social est donc construit à travers le temps, c’est l’articulation successive de plusieurs phases.

55. TASSIN , Etienne, Op. Cit., p4
58. TOUMI, Issam, Op. Cit., p12
60. MERAH, Aissa, Op. Cit., p5.


Références bibliographiques

AMSIDDER, Abderrahmane, DAGHMI Fathallah et TOUMI Farid. « La mobilisation sociale à l’ère des réseaux sociaux : cas du Maroc », ESSACHESS : Journal for Communication Studies, vol. 5, n°1( Septembre 2012), p.151-161.

URL : http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/156

BENSALEH, Mounir, Réseaux sociaux et révolutions arabes, Paris, Michalon, 2012.

BRETON, Philippe. « La démocratie, d’abord une question de parole ? », Raison présente, n°166, (2e trimestre 2008), pp 41-50.

CAPITANT, Sylvie et LECLERC-OLIVE, Michel. « Introduction. A-t-on enterré l’espace public ? Enquête sur les avatars récents d’un concept », Cahiers Sens public, n°15-16, (2013), p.9-20.

PIOTET, Dominique. « Comment les réseaux sociaux changent notre vie »  Esprit,  (juillet 2011). p 82- 95.

DUVAL, Michelle. « L’action collective pensée par Hannah Arendt : comprendre l’agir ensemble pour le favoriser’ », Service social, n° 54,(2008), p 85- 96.

EL ALAOUI, Mohammed VI. Discours Royal prononcé le mercredi 17 Octobre 2001, à Ajdir (Khénifra), à la cérémonie d’apposition du Sceau chérifien scellant le dahir créant et organisant l’Institut Royal de la Culture Amazighe. Disponible sur : http://www.ircam.ma/?q=fr/node/4661 (Consulté le 14 Mars 2019)

EMIRATES, MOHAMED BEN RASHID SCHOOL OF GOVERNMENT. Arab social Media Report 2017. Dubai, MBRSG, 2018.

URL : https://www.arabsocialmediareport.com/home/index.aspx

FERRY, Jean-Marc. « Les transformations de la publicité politique », Hermès, n°4, (1989). p15-26

MAROC. HAUTE AUTORITE DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE. Présentation. Rabat, HACA.  URL : https://www.haca.ma/fr/pr%C3%A9sentation, ( le 20 Mars 2019).

HAMMAMI, Sadok .« Quand le peuple rentre en scène », Médium,n°29, (2011), p 49-65.

OUDRHIRI, Kaoutar. « Omar Seghrouchni : Nous n’allons pas faire flancher les GAFA », Telquel, N° 853, du 12 au 18 avril 2019.

URL : https://telquel.ma/2019/04/12/omar-seghrouchni-nous-nallons-pas-faire-flancher-les-gafa_1634968

VERMEREN, Pierre. Le Maroc en transition, Paris, la découverte ; France :, 2002, 226p.

MAROC. AGENCE NATIONALE DE REGLEMENTATION DES TELECOMMUNICATIONS. Usages des TIC dans les ménages et par les individus : 2017 : synthèse des résultats. Rabat, L’ANRT, 2018.URL : https://www.anrt.ma/sites/default/files/publications/enquete-tic-2017.pdf

MAROC. CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L’HOMME. Communiqué de presse du CNDH relatif à la fuite du rapport. Rabat, CNDH, 2016.

URL:  https://cndh.ma/fr/communiques/communique-de-presse (Consulté en le 13 Mars 2019).

MAROC. CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L’HOMME. Organisation et missions du CNDH. Rabat, CNDH.

URL:  https://cndh.ma/fr/bulletin-d-information/organisation-et-missions-du-ccdh, (consulté en Mars 2019)

MERAH, Aissa . « Nouvelles formes de participation en ligne des jeunes en Algérie. Entre démarches stratégiques et impensées pour le changement », REFSICOM[en ligne], Mis en ligne le 24 octobre 2016. URL : http://www.refsicom.org/177

MERAH, Aïssa, BENDAHAN Mohamed et ALDJIA BOUCHAALA Nabila. «Entretien avec Alain Kiyindou sur le rapport entre les jeunes et les technologies appliquées à la culture numérique», French Journal For Media Research [en ligne].

URL: http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main/index.php?id=1883.

MONGIN, Olivier., « Métamorphose de l’espace public : l’espace public, au singulier et au pluriel ». Esprit, n°11 (Novembre 2012), p.73-87

GUILHOT, Nicolas.«The transition to the human world of democracy : notes for a history of the concept, from early Marxism to 1989 ». European journal of social Theory (2002), p 219-243.

PINEDE, Nathalie. « Du site web aux identités numériques organisationnelle : proposition d’un modèle d’analyse ». Questions de communication, n°34 (2 /2018), p 75- 94.

TASSIN , Etienne. « Les gloires ordinaires : actualités du concept arendtien d’espace public ». Cahiers Sens public, n°15-16(1 /2013), p 23- 36.

TOUMI, Issam. « Printemps arabe’ et presse écrite : quelles représentations ? Cas du Matin du Sahara et du Maghreb et de la Presse de Tunisie ». French Journal For Media Research, (2017).

URL : http://frenchjournalformediaresearch.com/lodel-1.0/main/index.php?id=1276

Lois et références juridiques citées

MAROC. SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT. La Constitution : édition 2011, Rabat, SGG, 2011.

URL : http://www.sgg.gov.ma/Portals/0/constitution/constitution_2011_Fr.pdf

MAROC. Dahir n°1-18-15 du 5 Joumada II 1439 (22 février 2018) portant promulgation de la loi n°31.13 relative au droit d’accès à l’information. N°6670 / 16 Chaabane (3-5- 2018)

MAROC. Dahir n° 1-14-124 du 13 Chaoual 1435 (14 août 2014) portant loi organique n°128-12 relative au Conseil Economique, Social et Environnemental. Bulletin officiel Nº 6284 – 24 Chaoual 1435 (21-8-2014).

Pour citer cette article

et , "Transition démocratique et transition numérique : Les défis des institutions des droits de l’Homme et de gouvernance au Maroc", RIMEC [en ligne], 05 | 2020, mis en ligne le 07 juillet 2020, consulté le 23 October 2020. URL: http://www.revue-rimec.org/transition-democratique-et-transition-numerique-les-defis-des-institutions-des-droits-de-lhomme-et-de-gouvernance-au-maroc/