La complexe intégration professionnelle des femmes algériennes, entre avancées et résistances: le cas du groupe Cevital

, , , et

Résumés

Ce travail exploratoire représente la première étape d’un projet plus global d’étude de l’intégration des femmes algériennes dans les entreprises de leur pays. A partir d’une étude de cas, cette recherche vise à mon-trer la complexe intégration des femmes algériennes dans les entreprises, malgré des niveaux de formation élevés, sanctionnés par des diplômes de l’enseignement supérieur. Ce premier article présente le groupe Cevi-tal et analyse la démographie de sa force de travail et la position des femmes dans l’entreprise.
This exploratory work is the first stage of a larger project to examine the integration of Algerian women in the workplace in their country. From a case study, this research aims to show the complex integration of Algerian women in the workplace, despite high levels of training, leading to diplomas of higher education. This article presents the Cevital group and analyzes the demographics of its labor force and the position of women in the workplace.

Texte intégral

A+ A-

Introduction générale

Selon l’ONS (Office National des Statistiques)1L’ONS est l’Institution Centrale des Statistiques en ...continue, bien que les femmes représentent environ 50% de la population algérienne totale, le taux d’emploi des femmes2Défini comme étant le rapport de la population occupée ...continuen’est que de 14% (contre 61% chez les hommes). Au vu de ces statistiques et comme le remarquent Igalens et al. (2011), la représentation des femmes au sein des organisations apparaît comme une problématique d’actualité, dans la mesure où les entreprises, dans un environnement complexe, prennent de plus en plus conscience que la participation des femmes et leurs compétences professionnelles peuvent constituer un atout.

L’avancement des femmes au sein des organisations est relativement limité en raison de stéréotypes liés au genre (Powell, 2000), de biais dans les processus de recrutement et de sélection (Davidson et Burke, 2004) ou encore de l’absence d’un mentor (Bruna, 2013).

Cependant, si ce constat peut être fait dans les pays occidentaux, principalement aux États-Unis ou en Europe (Metcalfe, 2006), nous savons peu de choses concernant la représentation des femmes au sein des organisations dans les pays du Maghreb et plus largement au Moyen-Orient, comme le souligne Metcalfe (2007). Par ailleurs, à notre connaissance, il n’existe aucune étude académique concernant cette problématique. En effet, les principaux axes de recherche consacrés à l’Algérie se focalisent sur l’économie politique liée au pétrole et au gaz (par exemple, Aïssaoui, 2001), sur son secteur financier (système bancaire, fonds souverain, etc.; voir Hadj-Nacer, 2009 ou Rajhi et Salah, 2011, pour exemples) ou encore sur des problématiques générales liées à l’entreprise (performance, environnement institutionnel, etc.; voir Chanut et al., 2013 ou Labaronne, 2013, pour exemples). En définitive, il existe une carence de recherches consacrées à la problématique des femmes algériennes au sein des organisations.

Notre étude vise donc à combler partiellement cette lacune en procédant à une étude de cas de l’un des fleurons de l’industrie algérienne. Deux motifs expliquent notre choix. D’une part, nous avons choisi d’étudier le cas de l’Algérie en raison de son taux de croissance, lequel est de 3%; le secteur industriel représente 62% de son PIB et elle dispose de ressources démographiques puissantes (ONS, 2014). D’autre part, la méthode de l’étude de cas nous paraît plus appropriée que l’étude qualitative (Yin, 1994), au motif que les études consacrées à la diversité dans les organisations nécessitent une collecte d’informations détaillées.

L’objet de cette étude est donc de rendre compte de la représentativité des femmes algériennes au sein de l’organisation. Pour ce faire, nous procédons à une étude approfondie d’un cas: le groupe Cevital (conglomérat algérien dans l’industrie agroalimentaire).

Cadre théorique

La représentation des femmes au sein du groupe Cevital est examinée à travers deux échelles d’analyse: individu et organisation.

Individu

A l’échelle de l’individu, nous développons deux perspectives théoriques qui tendent à expliquer les caractéristiques de la représentation des femmes au sein des organisations, à savoir les théories du capital et des ressources.

Théorie des ressources

L’hypothèse sous-jacente de la théorie des ressources (ou l’approche par les ressources) est la suivante: les entreprises prospères assurent leur compétitivité future sur la base de leurs capacités et de leurs spécificités uniques, lesquelles peuvent être, par nature, implicites ou immatérielles. Ainsi, l’essence de la stratégie est ou devrait être définie par les ressources et les capacités de l’entreprise (Rumelt, 1974).

Dans ce contexte, la théorie des ressources suggère que l’avantage concurrentiel et les résultats qui en découlent sont la conséquence des ressources et des capacités spécifiques de l’entreprise, lesquelles sont trop coûteuses à reproduire pour les autres concurrents (voir, Barney, 1991 ; Wernerfelt, 1984, notamment). Ces ressources et ces capacités peuvent constituer des facteurs importants pour l’avantage concurrentiel durable de l’entreprise ainsi que pour l’accroissement de sa performance, si elles possèdent certaines caractéristiques. Celles-ci devraient être précieuses (en augmentant l’efficience et l’efficacité), rares, inimitables, et non substituables3Acronyme VRIN : de valeur, rare, inimitable et non ...continue.

Cette approche implique que les rentes qui découlent de ces ressources et de ces capacités peuvent être classées en 2 catégories interdépendantes (Spanos et Lioukas, 2001): d’une part, les rentes considérées comme «pures» (Collis, 1994), fondées sur l’efficacité de la stratégie poursuivie par l’entreprise et, d’autre part, les rentes «indirectes», basées sur la configuration de l’entreprise dans la gestion de ses différentes ressources.

Dans ce cadre, l’approche par les ressources considère donc que les entreprises constituent un ensemble de ressources permettant d’obtenir un avantage concurrentiel. Celles-ci sont uniques et difficiles à reproduire. Barney (1991) affirme que les ressources en capital humain sont parmi les plus uniques et les plus difficiles à imiter. Cependant, certains auteurs font valoir que de nombreuses entreprises n’utilisent pas de manière efficiente leurs ressources en capital humain (Katzenbach, 1996). Ces dernières sont sous-utilisées lorsqu’elles n’intègrent pas les femmes ou les groupes divers dans l’entreprise. Selon Pfeffer (1994), la gestion du capital humain, en tant que ressource, est la stratégie la plus importante à considérer au sein d’une entreprise, dans l’objectif d’accroître sa compétitivité. Cet actif est devenu un élément essentiel de l’avantage concurrentiel de l’entreprise.

Théorie du capital humain

Le concept «capital humain» fut énoncé pour la première fois en 1961, par l’économiste Schultz, lequel le définissait en ces termes: «alors qu’il apparaît évident que les individus acquièrent des savoir-faire et des savoirs utiles, il n’est pas si évident que ces savoir-faire et savoirs constituent une forme de capital [et] que ce capital soit pour une part substantielle le produit d’un investissement délibéré» (Schultz, 1961). Dans cette lignée, Becker (1964) considère, par analogie au capital physique, que le capital humain désigne les compétences, les expériences et les savoirs humains qu’un individu peut acquérir par l’éducation et la formation. Celui-ci peut préserver et développer ce capital grâce à des formations continues ou à l’attention portée à sa propre santé. In fine, tout ceci engendre un revenu qui a pour effet d’augmenter la productivité des individus.

Appliqué au domaine de la gestion, le concept de capital humain correspond dès lors à l’agrégation d’éléments immatériels incorporés aux individus, tels que le niveau d’éducation, de formation et d’expérience professionnelle, l’état de santé ou la connaissance du système économique (Cappelletti, 2010). Le capital humain n’est donc pas une accumulation figée de potentialités, mais une combinaison des compétences de ses membres et de la qualité de leur management. De nombreuses études (voir Huselid, 1995; Pennings et al., 1998; Wright et al., 1994) appréhendent le capital humain selon les critères suivants: la formation de base, le niveau d’étude, l’expérience ainsi que la capacité à influencer les ressources de l’organisation. En d’autres termes, le capital humain, que constitue la somme des expertises spécifiques à chaque individu, rassemble les connaissances et les aptitudes accumulées par un individu de par son éducation, sa formation et son expérience.

Comme le souligne Cappelletti (2010), le concept de capital humain, qui associe les compétences, le management et in fine la performance, peut se rapprocher de la théorie des ressources que nous développons ci-après.

Organisation

Dans l’ouvrage classique «Men and Women of the Corporation», Kanter (1977a) démontre que les différences femmes-hommes, au sein de l’organisation, ne résultent pas uniquement des traits intrinsèques à chaque individu (ou sexe), mais qu’elles proviennent fondamentalement de la structure organisationnelle. Comme le souligne cet auteur, la représentation des femmes au sein de l’organisation peut donc s’analyser à travers sa politique, son organisation ou sa culture, qui constitue un deuxième niveau d’analyse.

La théorie genrée4Par cette expression, nous désignons l’approche qui ...continue des organisations permet d’appréhender ce phénomène. Dans le prolongement des travaux de Kanter (1977a, b), Acker (1990, 1992) a souligné la place des femmes dans l’organisation (Angeloff et Laufer, 2007). La théorie genrée des organisations place les relations de pouvoir au cœur de l’analyse de l’organisation, mais prétend que le genre constitue la «première façon de signifier les relations de pouvoir» (Scott, 1986). Cette approche prend pour angle d’analyse la structure même de l’entreprise pour démontrer qu‘elle est génératrice des différences de genre et non pas les caractéristiques individuelles des hommes et des femmes (Kanter, 1977a). Cet auteur s’attache à trouver des modèles explicatifs au sein de la structure de l’organisation. Quant à Angeloff et Laufer (2007), ils rappellent que, dès 1966, la sociologue française Guilbert (1966) avait identifié le rôle des structures d’entreprise et des processus organisationnels dans la structuration des relations hommes-femmes en milieu professionnel, mais également au sein de la sphère privée.

De nombreuses critiques ont été formulées à l’égard des deux niveaux d’analyse précédemment exposés (Fagenson, 1990). S’appuyant sur ces observations, cet auteur a proposé un nouveau cadre théorique, appelé GOS (Gender-Organization-System), qui postule que la représentation des femmes au sein des organisations est affectée conjointement par leur «genre», par la structure de l’organisation et plus largement par le contexte sociétal et institutionnel dans lequel les femmes évoluent. Ce niveau d’analyse prend donc en compte simultanément les caractéristiques intrinsèques des hommes et des femmes, ainsi que le contexte organisationnel et sociétal, afin de mettre en évidence les disparités et les inégalités (Belghiti-Mahut, 2004).

Selon Omar et Davidson (2001), le cadre d’analyse GOS offre une approche holistique, laquelle permet d’examiner toute question relative à la représentation des femmes au sein des organisations. Cette approche met l’accent sur la nécessité de revoir les caractéristiques intrinsèques des individus ainsi que les facteurs organisationnels, sociétaux ou systématiques. Cette perspective fait valoir que le comportement des organisations peut être considéré comme une interaction entre le genre, les situations internes à l’organisation et le système socio-institutionnel dans lequel ces interactions ont lieu (Martin et al., 1983).

L’intérêt de l’approche GOS est qu’elle considère que des facteurs, tels que les valeurs culturelles ou les pratiques institutionnelles, peuvent affecter significativement les structures et les processus organisationnels dans lesquels évoluent les femmes (Martin et al., 1983). Yukongdi et Benson (2005) allèguent que la société civile a connu des changements quant aux valeurs afférentes au rôle des femmes et au concept d’égalité. Ceci est particulièrement marquant dans la région du Moyen-Orient (Metcalfe, 2008).

En résumé, la richesse et la complexité de l’approche GOS constituent un atout pour l’analyse de la représentation des femmes au sein de l’organisation, en la situant dans un contexte plus global, celui de la société et des rapports de genre qu’elle induit (Fagenson, 1990). En effet, les logiques et les processus d’organisation ne pourront s’analyser qu’à partir des caractéristiques des personnes, du contexte de l’entreprise, mais également de l’environnement social et institutionnel. Ce sont ces interactions qui permettront les changements et les évolutions. Ce modèle introduit donc de multiples variables interactives et montre l’intérêt d’une vision globale et distanciée.

Si l’on se réfère aux travaux de Britton (2000) qui prolongent la logique développée par Fagenson (1990), on peut considérer trois approches de l’organisation genrée:

  • La première souligne le lien entre organisation et démographie de la force de travail. Une organisation sera qualifiée de «masculine» lorsque ses effectifs seront majoritairement de sexe masculin. Ce lien s’avère particulièrement intéressant à étudier dans le cadre d’un processus de féminisation, mais il peut parfois, selon Malochet (2007), entraîner une confusion entre genre des organisations et sexe des professions;
  • La seconde approche relève des études féministes de l’organisation et éclaire la structuration de l’entreprise et de ses processus managériaux (division du travail, politique de rémunération, promotion, recrutement) autour d’un «neutre-masculin». Dans les deux premiers modèles, les caractéristiques des individus ou la structure de l’organisation sont présentées comme des facteurs indépendants, alors que des liens peuvent exister (Landrieux-Kartochian, 2005);
  • La troisième approche (et la plus récente) apparaît plus «dynamique». En effet, elle envisage le genre de l’organisation comme la résultante d’un double processus, à la fois au niveau des individus, mais également au niveau des structures sociales et symboliques. Les rapports de genre restent un élément «endogène» du fonctionnement de l’entreprise, mais comme le soulignent West et Zimmerman (1987), l’approche structuraliste se complète par une approche interactionniste, qui englobe à la fois le genre, l’organisation et la société. On peut la considérer comme une synthèse des deux approches précédentes, laquelle ajoute à l’analyse des politiques et des pratiques organisationnelles celle de la «production quotidienne des différences» (Malochet, 2007).

Les recherches sur les organisations ont ainsi permis de révéler «l’importance des relations de genre dans la structuration des organisations et dans leur dynamique» (Landrieux-Kartochian, 2005). L’analyse genrée a montré que le pouvoir organisationnel reste masculin et que l’organisation favorise implicitement ce modèle «historique», lequel enferme les femmes dans des logiques d’exclusion et de discrimination (Landrieux-Kartochian, 2005).

La complexe intégration professionnelle des femmes algériennes: le cas du groupe Cevital

Dans cette seconde partie, nous précisons, tout d’abord, notre choix méthodologique. Ensuite, nous présentons le cas d’étude, à savoir le groupe Cevital.

Méthodologie de recherche

Notre choix de la méthode de l’étude de cas découle fondamentalement du phénomène étudié ainsi que des contraintes observées. Selon Yin (1994), le choix de la stratégie de recherche dépend fondamentalement de trois critères: (a) le type de question posée; (b) la nécessité de contrôler les individus participant à l’étude et (c) l’importance des événements contemporains par rapport aux événements historiques. Dès lors, comment mener cette recherche? En l’espèce, la question sous-jacente est donc la question du «comment?». Yin (1994) suggère trois stratégies appropriées: (a) l’expérimentation; (b) l’approche historique et (c) l’étude de cas. Il semble, dans ce cadre, que l’expérimentation soit exclue, dans la mesure où il est impossible d’isoler ou de contrôler les comportements des individus comme c’est le cas lors d’une expérience menée en laboratoire. L’approche historique, quant à elle, ne nous semble pas adaptée étant donné que nous nous intéressons, en premier lieu, à la tendance actuelle de la féminisation des entreprises algériennes. Nous privilégions donc l’étude de cas, en raison du caractère récent de ce domaine de recherche. Par ailleurs, notre travail vise à examiner un phénomène économique et social peu étudié. Par conséquent, l’étude de cas est particulièrement adaptée à notre type de recherche. En l’espèce, notre approche méthodologique s’inscrit dans la lignée des travaux d’Igalens et al. (2011), parmi d’autres, lesquels utilisent la méthode de l’étude de cas afin d’analyser les politiques de diversité au sein des organisations.

Conformément aux principes fondamentaux de l’étude de cas, nous avons diversifié et «triangulé» les sources de données, comme le préconisent Eisenhardt (1989) et Yin (1994). Nous avons poussé la collecte d’informations jusqu’à la «saturation», c’est-à-dire jusqu’à ce qu’aucune information nouvelle ne puisse émerger même en présence de nouvelles données (Strauss et Corbin, 1998). Les données ont été obtenues à partir, d’une part, de sources secondaires privées, émanant du groupe Cevital et, d’autre part, de sources secondaires publiques, provenant de son site Internet ainsi que des rapports annuels de l’entreprise.

Soulignons que les données mises à notre disposition ne peuvent être considérées toutes de la même façon. En effet, les données accessibles au public peuvent être consultées par tout un chacun. Elles peuvent donc être reproduites avec leurs références dans le texte, tandis que les données provenant des documents privés du groupe Cevital sont confidentielles et ne sont pas disponibles au public. Ici, nous voudrions remercier les personnes du groupe Cevital qui nous ont laissé libre accès à cette source d’informations précieuses.

Présentation du groupe Cevital et analyse du cas

Le groupe Cevital représente un fleuron de l’économie algérienne. Le chiffre d’affaires (CA) estimé à 2,5 milliards € en 2012 passera selon les prévisions de la direction à 5 milliards € en 2015. Depuis 1999, l’entreprise réalise ainsi une croissance à deux chiffres. Elle comptabilise plus de 13 000 collaborateurs en 2014 (taux de croissance de 31,4% par an depuis 1999).

Le groupe Cevital est une entreprise diversifiée présente sur dix segments d’activité: industrie, agroalimentaire, services, bâtiment, grande distribution, logistique et transport, énergie, etc. C’est un groupe de dimension internationale dans la mesure où il s’internationalise à travers des projets d’investissement en Afrique (Soudan, Ethiopie, Côte d’Ivoire) et des acquisitions en Europe et particulièrement en France.

Le groupe se fixe comme objectifs, la création de 25 000 emplois en Algérie et 100 000 collaborateurs dans le monde ainsi qu’un CA de 25 milliards de dollars dont 50% du chiffre réalisé à l’international.

Analyse statistique

Le tableau 1 présente l’évolution de l’effectif femmes au sein du groupe Cevital. Il montre que les femmes représentent, sur la période d’étude, moins de 5% des effectifs de Cevital. Cette tendance est stable sur la période. L’indice d’hétérogénéité de Blau5L’indice d’hétérogénéité de Blau (1977) se ...continue est relativement faible, inférieur à 0,10. Le nombre de femmes est passé de 194 (en 2011) à 176 (en 2015), soit une baisse de 10%6La baisse s’explique par la réorganisation de ...continue. Par conséquent, les femmes occupent une place relativement marginale au sein du groupe Cevital, tant par leur nombre que par leur poids relatif.

Tableau 1 – Pourcentage de femmes dans l’effectif du groupe Cevital, 2011-2015

En raison de ses effectifs essentiellement masculins, le groupe Cevital peut donc être considéré comme une entreprise de type «masculine», au sens de Britton (2000) avec des effectifs essentiellement masculins. Selon la théorie des ressources, le capital humain est une ressource unique et difficilement imitable. Cependant, certains auteurs suggèrent que de nombreuses entreprises ne capitalisent pas efficacement cette ressource (Katzenbach, 1996). Appold et al. (1998) considèrent qu’une faible représentation des femmes au sein d’une organisation est un signe d’iniquité. De prime abord, la faible proportion de femmes chez Cevital semble suggérer une politique discriminante.

A l’instar de Johnson et al. (2013), nous appréhendons le capital humain des hommes et des femmes du groupe Cevital à travers leurs compétences et leurs expériences. En l’espèce, nous examinons leur statut, leur fonction et leur ancienneté.

Le tableau 2 présente les catégories socioprofessionnelles par genre. Contrairement aux idées reçues, au sein du groupe Cevital, les femmes occupent principalement des postes de cadre: 36,08% (en 2011) contre 43,18% (en 2015). Cette progression n’est toutefois pas significative au seuil de 10% (t = 1,397Nous avons également procédé à un test non ...continue). Les hommes occupent, quant à eux, 21,16% des postes de cadre en 2011 contre 26,96% en 2015. La différence entre les hommes et les femmes cadres de l’entreprise Cevital est significative au seuil de 0,01% (par exemple en 2015,
t = –4,25). Ce tableau indique également que le pourcentage d’hommes et celui de femmes ayant le statut de maîtrise sont relativement identiques: respectivement 33,57% et 30,68% en 2015 (contre respectivement 34,76% et 31,96% en 2011). La différence n’est pas significative aux seuils conventionnels. En revanche, nous constatons que les hommes sont significativement plus nombreux que les femmes dans la catégorie ouvriers et employés, respectivement 38,59% et 25,57% en 2015 (contre 43,26% et 31,44% en 2011). La différence est significative au seuil de 0,01% (par exemple, t = 4,70 en 2015). Enfin, si plus d’hommes que de femmes ont le statut de cadre supérieur (par exemple, respectivement 32 et 1 en 2015), en proportion, il n’existe pas de différence significative au seuil de 10%.

Tableau 2 – Catégories socioprofessionnelles par genre

Le tableau 3 présente les fonctions distribuées par genre. Les quatre principales fonctions occupées par les femmes sont (par ordre d’importance): la production, les ressources humaines (RH), la qualité et la finance. En 2015, elles représentent près de 78% des fonctions occupées par les femmes. Les hommes, quant à eux, occupent des fonctions (par ordre d’importance) dans la production, la logistique, la qualité et l’approvisionnement/la planification. Nous constatons donc que les fonctions occupées par les hommes et les femmes sont significativement «genrées». Par exemple, les femmes sont significativement plus présentes (au seuil de 1%) dans les fonctions de production (t = 6,47), de Ressources Humaines (t = 4,59) ou financières (t = 5,21). Nous observons également que les femmes sont significativement plus présentes que les hommes dans d’autres départements tels que les achats ou le transit. Il ressort du tableau 3 que les fonctions occupées par les hommes et les femmes, au sein du groupe Cevital, sont significativement «genrées». Enfin, notons que les femmes sont significativement plus nombreuses dans les fonctions de direction (t = 3,67). Ce résultat surprenant demandera à être explicité par de nouvelles données, lesquelles sont en cours de récupération.

Tableau 3 – Fonctions distribuées par genre

Enfin, le tableau 4 présente l’évolution de l’ancienneté en fonction du genre. Il montre une évolution de l’ancienneté des femmes au sein du groupe Cevital. En effet, en 2011, près de 66% des femmes avaient une ancienneté inférieure à 5 ans contre environ 58% pour les hommes; la différence est significative au seuil de 5% (t = –2,54). En 2015, 67% des femmes ont entre 5 et 10 ans d’ancienneté dans l’entreprise Cevital contre 53% pour les hommes; la différence est significative au seuil de 0,01% (t = 3,84). Nous remarquons également que les femmes sont de plus en plus nombreuses à avoir plus de 10 ans d’ancienneté, bien que leur proportion et leur nombre soient significativement inférieurs à ceux des hommes. En définitive, le tableau 4 suggère que les femmes, au sein du groupe Cevital, commencent à acquérir une certaine expérience.

Tableau 4 – Ancienneté en fonction du genre

Analyse du site internet du groupe Cevital

Afin de compléter le travail précédent, nous avons effectué une étude du site internet du groupe Cevital. En effet, selon Point et Singh (2003, 2006), les sites internet constituent un moyen d’afficher les valeurs de l’entreprise et ses conventions. Hatch (1993) souligne qu’ils peuvent être considérés comme des objets révélant des informations sur la culture de l’entreprise et qu’ils jouent un rôle dynamique dans la concrétisation des valeurs. Par conséquent, à l’instar de Point et Singh (2003, 2006), nous utilisons le site Internet du groupe Cevital afin d’évaluer sa politique, son organisation et sa culture d’entreprise. Plus précisément, nous analysons les annonces de recrutement mais également la présentation des valeurs du groupe. Ceci nous permettra de mesurer son orientation politique en matière de gestion de la diversité et, plus particulièrement, de la représentation des femmes.

On ne peut identifier aucune politique particulière déclarée visant à favoriser l’intégration des femmes dans le groupe. Le site Internet insiste sur les valeurs d’écoute et de respect, quelles que soient les personnes: «cela se manifeste chez chaque employé par la prise en compte de l’impact de ses actions et comportements sur autrui, ainsi que le respect de tout un chacun indépendamment de sa position hiérarchique, de son appartenance sociale ou culturelle ainsi que de son genre» ou «les valeurs d’écoute et de respect doivent aussi se manifester  au quotidien avec nos clients et fournisseurs, nos partenaires commerciaux et institutionnels»8Site Internet du groupe Cevital..

Dans la rubrique de présentation «Qui sommes-nous?», laquelle explique l’origine du groupe, on trouve la biographie du fondateur ainsi que la composition du conseil d’administration de l’entreprise. Le groupe étant un groupe familial, le fondateur et ses cinq enfants (dont une fille) font partie des dix membres du conseil d’administration.

Cependant, dans l’onglet «Historique du groupe», outre les différentes étapes du développement du groupe Cevital depuis sa création, on trouve mention de la «philosophie» du fondateur, lequel fait référence à sa vision des ressources humaines, axée sur le choix des collaborateurs (hommes et femmes), la formation et les compétences9Le groupe Cevital s’est, ainsi, constitué au fil des ...continue. Nous retrouverons cette citation sur la page LinkedIn du groupe.

A l’instar de Point et Singh (2006), nous nous sommes intéressés aux photographies présentées sur le site et à leur signification symbolique. Nous avons répertorié 71 images défilantes ou fixes présentant 38 personnages dont 8 images de femmes, soit 21%. Les hommes sont représentés dans les métiers techniques, le plus souvent en tenue de technicien. Les personnages féminins apparaissent soit en tant que cliente, soit en tant qu’hôtesse d’accueil ou vendeuse (1 image). Dans la partie du site consacrée au recrutement, sur les 6 personnages, 2 sont des femmes, toutes deux en position de recruteuse en face d’un candidat masculin. Les visuels révèlent un groupe dont la culture est principalement «technicienne», orientée produits (46% des images représentent des produits et des magasins du groupe), et masculine (71% des personnages qui apparaissent sont des hommes).

La politique RH du groupe est présentée de manière classique en insistant sur les notions de talent, de compétences et de formation des collaborateurs. L’équité de rémunération est mentionnée de manière générale en lien avec la contribution et les performances de chacun. Le discours présente les Ressources Humaines de l’entreprise comme une «source pérenne de prospérité». Aucune mention relative aux femmes n’est mise en exergue. En l’espèce, le genre est «neutre». Cependant l’analyse des offres de recrutement montre que le groupe annonce une politique de recrutement non dénuée de mixité à certains égards.

De manière générale, on remarque que l’intitulé des postes oscillent entre mixité et assignation de genre, mixité pour les postes de chargé(e) du développement et de chargé(e) de communication mais également pour le poste de Responsable Qualité Projet. Par exemple, «dans le cadre de la constitution des équipes de la Direction des Projets et du Développement, le groupe Cevital recrute un(e) Responsable Qualité Projet» (source: site internet).

Autres exemples, l’assignation masculine est claire pour l’architecte «chargé du suivi des aménagements» et on constate une assignation féminine classique pour l’Assistante du Directeur Général; dans le cas du premier poste, il s’agit de «recruter un ingénieur en Bâtiment ou en Architecture, avec 2 à 5 ans d’expérience dans le domaine de la mise en place d’un réseau de distribution» (source: site Internet).

Une recherche plus approfondie sur les offres de recrutement un peu plus anciennes (en 2014) montre que, dans certains cas, l’entreprise «féminise» ses demandes dans le détail des profils. En effet, le titre du poste est masculin mais dans la description du profil, on constate qu’une candidature féminine est envisageable. C’est le cas pour le poste «Acheteur Senior-Pôle Industrie». Nous présentons ci-après la capture de la présentation du profil.

Figure 1 – Poste d’achteur senior – Pôle industrie  Source: site Internet

Nous avons élargi notre recherche à toutes les offres proposées par le groupe Cevital, afin d’examiner dans quelle mesure les offres d’emploi étaient ouvertes aux profils féminins et pour quels métiers.

Nous avons obtenu quatre captures correspondant aux différentes offres répertoriées sur le site par filiale, lesquelles sont présentées en annexe. Nous avons réalisé un premier classement sur la dénomination des postes, selon quatre critères d’assignation de genre: masculin, féminin, mixte (féminisation du titre ou mention H/F) et neutre (le titre du poste ne donne pas d’indication sur le genre et il n’y a pas d’indication de profil mixte). Tous ces postes sont proposés en CDI (Contrat à Durée Indéterminée). Sur 37 postes répertoriés, nous avons obtenu la répartition suivante :

Tableau 5 – Répartition des postes

L’entreprise étant de type industriel, il est cohérent que la plupart des postes soient assignés à des profils masculins. Les deux postes assignés «féminin» sont classiquement des postes d’assistante de direction. Cependant, une proportion non négligeable des postes (14%) concerne des profils mixtes d’après le libellé du titre, et 19% des titres des postes sont neutres, sans indication de genre (en français).

Dans un second temps, nous avons poursuivi notre recherche en analysant, pour chaque poste, la description de la fonction, les missions et le profil demandé10Par manque d’espace, nous ne présentons pas le tableau ...continue. Globalement, pour l’ensemble des postes, la description des missions ne fait apparaître aucune approche genrée.

Cependant, la description de la fonction peut renforcer, dans certains cas, l’orientation genrée du poste. Il était intéressant, notamment pour les postes aux titres masculin et neutre, de vérifier si la description du poste et celle du profil demandé pouvaient renforcer ou atténuer l’assignation de genre masculin, ou encore, pour les postes au titre neutre (titre de responsable, par exemple), donner une indication de genre.

Pour l’ensemble des postes dont le titre est masculin, on peut distinguer trois groupes:

  • Dans le premier groupe, au-delà de la dénomination du poste, des compléments d’information sont fournis par la rubrique «description du poste». On contaste alors que la description du profil renforce le caractère genré masculin du poste. Il correspond à la majorité des postes, 13 postes sur 21, soit 62%. Le poste d’architecte – chargé du suivi des aménagements, notamment, est clairement assigné masculin dans son titre et le profil demandé (comme nous l’avons vu précédemment) fait clairement référence à «un» ingénieur. En ce qui concerne les postes de conducteur de travaux, même si la présentation du profil est neutre, uniquement centrée sur les diplômes et l’expérience, la description du poste insiste sur le profil masculin recherché. De même, le poste de chef de projet informatique fait clairement appel à un recrutement masculin;
  • Nous identifions un second groupe de postes pour lesquels, malgré le titre masculin du poste, les descriptions de postes ou de profils sont plus neutres, voire mixtes. On peut supposer que pour ces postes l’entreprise pourrait accepter une candidature féminine. On compte dans ce groupe 28% des postes. L’exemple du poste de mettreur-chiffreur est intéressant: si le titre est au masculin, la description du poste ne renforce pas ce caractère et le profil demandé est tout à fait neutre quant à la personne recherchée. On trouvera également dans ce groupe, les postes de cadre comptable, de chef de marché, de chef de département marketing et communication, de directeur marketing filiale et, de manière plus surprenante, celui d’opérateur;
  • Un dernier groupe rassemble quelques postes pour lesquels, malgré le titre masculin, la description du profil est mixte. Deux postes seulement affichent cette ouverture: le poste d’acheteur senior-pôle industrie, que nous avons mentionné précédemment lors de notre premier niveau d’analyse, et le poste de directeur des Ressources Humaines. Pour ce dernier, la description du poste fait explicitement référence à un possible profil féminin, en mentionnant «Directeur/ Directrice» dans le texte de la présentation du poste.

En ce qui concerne les postes «mixtes» (deuxième groupe), pour lesquels il est clairement fait référence aux deux genres, nous en avons répertorié cinq dans les métiers commerciaux, de communication/marketing et de ressources humaines11Pour les postes de Chargé(e) de développement des ...continue.

Ce sont des profils qualifiés (Bac +3 avec expérience). Cependant, pour le poste d’agent commercial(e), le profil défini dans l’annonce fait clairement référence à un homme «licencié en sciences commerciales … communicatif». Nous avons classé le poste de directeur marketing dans les postes «mixtes» car, même si le titre du poste est masculin, il est précisé H/F (et c’est le seul poste où cette mention apparaît), la description du poste est également «mixte» et le profil demandé est tout à fait neutre quant au genre.

L’analyse des postes dont le titre (en français) dénote le caractère neutre montre une répartition assez équilibrée entre les postes pour lesquels le «neutre» fait explicitement référence à un candidat masculin, que ce soit dans la description du poste ou dans celle du profil12Pour les postes de Responsable Magasin Central (profil ...continue, et ceux dont on peut penser qu’ils sont ouverts aux deux genres, compte tenu de la neutralité de la description du poste et du profil demandé13 Par exemple pour les postes de technicien supérieur en ...continue.

Deux postes sur les neuf, à savoir les postes de Responsable de Formation, Rattaché(e) au DRH) et de Responsable Formation et Développement des Compétences), font explicitement référence, dans leur description, à la possibilité d’un profil féminin (à savoir un(e) …).

Cette analyse des offres de recrutement montre que, si la plupart des postes sont assignés à un genre ou à l’autre, la définition du poste ou encore la description du profil peuvent atténuer ou renforcer la prescription de genre. Le genre principal est masculin, ce qui correspond à un modèle d’entreprise «technique» avec prédominance des métiers masculins, les femmes ne représentant que 5% du personnel de cette entreprise industrielle. Cependant, quelques postes sont, de manière plus ou moins explicite, ouverts aux femmes mais dans des secteurs qui restent traditionnellement féminins (Ressources Humaines, Marketing, Communication) et sur des profils qualifiés (formation demandée: minimum Bac +3).

Le site permet également d’accéder aux pages Facebook et LinkedIn de l’entreprise. La page Facebook apporte peu d’informations nouvelles par rapport au site internet de l’entreprise, cependant la page LinkedIn présente plusieurs aspects intéressants pour une analyse plus approfondie de la culture de l’entreprise. On y trouve la présentation du groupe Cevital et une citation de son fondateur  «M. Rebrab résume les clefs du succès en sept points: le réinvestissement systématique des gains dans des secteurs porteurs à forte valeur ajoutée, la recherche et la mise en œuvre des savoir-faire technologiques les plus évolués, l’attention accordée au choix des hommes et des femmes, à leur formation et au transfert des compétences, l’esprit d’entreprise, le sens de l’innovation, la recherche de l’excellence et la fierté et la passion de servir l’économie nationale» (source: LinkedIn).

Cette citation qui fait référence aux femmes de l’entreprise se retrouve également dans l’historique du groupe sur le site web.

La page LinkedIn de l’entreprise présente également plusieurs profils de salariés sous la rubrique «les employés du groupe Cevital». Il est intéressant de noter que sur les 10 profils présentés (et qui renvoient aux profils LinkedIn des collaborateurs/trices), 6 sont des femmes, jeunes, diplômées, occupant des postes de cadre dans l’entreprise et nouvellement recrutées (source: LinkedIn).

Conclusions et futures pistes de recherche

Cet article a pour objet d’examiner la complexe intégration des femmes algériennes au sein des organisations, malgré des niveaux de formation relativement élevés. Prenant appui sur les théories des ressources (Barney, 1991; Wernerfelt, 1984), du capital humain (Becker, 1964) et du GOS (Fagenson, 1990), nous avons analysé la représentation des femmes à l’échelle individuelle et organisationnelle. Nous avons privilégié la méthode de l’étude de cas, à savoir le groupe Cevital: conglomérat algérien de l’industrie agroalimentaire.

Il nous est apparu que le groupe Cevital ne présente dans les documents que nous avons analysés aucune politique formalisée visant à développer le recrutement des femmes, ni aucun autre aspect de la diversité. Cependant les profils féminins que nous avons observés renforcent les résultats des premières données statistiques, et notamment celles du tableau 3 des catégories socioprofessionnelles, en fonction du genre. Chez Cevital, les femmes occupent principalement des postes de cadre moyen. Ceci est assez représentatif de ce que nous appellerons le mouvement de «féminisation par le haut» des entreprises dites masculines14Entreprises où les femmes sont minoritaires (moins de 25%). (Scotto et al., 2008). Les femmes au sein du groupe Cevital entrent par les métiers «supports» du Marketing (Communication), des Ressources Humaines (développement des compétences, recrutement), de l’export et du commercial (terrain et développement des réseaux de distribution). Ce sont des femmes jeunes mais qui possèdent, pour la majorité d’entre elles, une expérience professionnelle antérieure, acquise soit via des contrats CDD soit lors de stages, ou encore, des femmes nouvellement intégrées dans l’entreprise sur des créations de postes. Les profils féminins présentés sur la page LinkedIn du groupe Cevital ont été récemment recrutés dans l’entreprise: l’ancienneté moyenne de ces profils est de 2 ans, alors que les statistiques du tableau 5 montraient que 65% des femmes de l’entreprise ont entre 5 et 10 ans d’ancienneté.

L’entreprise est en expansion et développe de manière importante ses activités internationales. Elle a donc besoin d’accroître son capital humain afin de disposer des ressources humaines nécessaires à sa stratégie de croissance. Elle recherche ainsi des profils qualifiés et internationaux, et insiste tout particulièrement sur la maîtrise des langues étrangères pour les cadres (anglais, français, chinois15Un des profils féminins présentés sur la page Linkedin ...continue). Les femmes algériennes constituent, nous l’avons montré, une main-d’œuvre jeune, formée et diplômée. De manière pragmatique, le groupe Cevital utilise ces compétences féminines, mais demeure une entreprise «masculine» au sens de Britton (2000). Le processus de féminisation relève donc d’une approche Ressources/Compétences et n’est sous-tendu (en tout cas, rien dans les documents que nous avons analysés ne le laisse supposer) par aucune volonté explicite de la part de la direction générale. Le contexte du pays, notamment la montée d’un certain intégrisme religieux, peut constituer une explication quant à cette «discrétion». En outre, la féminisation des effectifs, liée à la promotion de la diversité du genre, ne représente pas, comme c’est le cas dans nombre d’entreprises en Europe, un atout en termes d’image pour le groupe Cevital.

Ce travail exploratoire s’est attaché à présenter, brièvement, une entreprise industrielle «classique» pour laquelle, en apparence, l’essor de la féminisation ne constitue pas un axe de développement, mais cette féminisation en demeure néanmoins réelle. Les données restent fragmentaires, nous en sommes bien conscients et, comme nous l’avons souligné précédemment, demandent à être étoffées. Ce sera l’objectif de la phase qualitative, laquelle comprendra plusieurs interviews de dirigeants et de femmes occupant des postes de direction au sein de Cevital. Nous espérons reproduire l’analyse de cas avec plusieurs entreprises engagées, de manière plus ou moins ouverte, dans des processus de féminisation de leur force de travail, ce qui devrait nous permettre d’élaborer une approche comparative entre plusieurs modèles d’intégration des femmes dans l’activité économique de l’Algérie.

Cette recherche souffre toutefois d’un certain nombre de limites qui pourront faire l’objet d’études ultérieures. Premièrement, nous avons procédé à une étude de cas exploratoire. Selon Hlady Rispal (2002), cette méthode vise la «compréhension d’une ou de plusieurs situations de gestion et l’analyse dans le détail, ce que ne permet pas une recherche plus formalisée». Dans ce contexte, comme le soulignent Igalens et al. (2011), notre approche ne prétend ni à une généralisation théorique, ni à la généralisation des résultats. Dans une étude ultérieure, nous confronterons le groupe Cevital à une autre grande entreprise algérienne, afin d’examiner la représentation des femmes algériennes au sein des organisations. Deuxièmement, dans cette recherche, nous avons utilisé des caractéristiques sociodémographiques pour différencier les femmes des hommes chez Cevital en nous appuyant sur les cadres théoriques que nous avons développés. Nkomo et Taylor (1996) critiquent cette approche, soulignant que certaines de nos variables pourraient jouer un rôle de médiation ou modérer les effets de la diversité sur les résultats organisationnels. Par ailleurs, notre approche peut être considérée comme statique (Litvin, 1997), dans la mesure où l’hypothèse sous-jacente des caractéristiques sociodémographiques – telles que le genre – reflète essentiellement des différences de genre dans l’attitude, la personnalité et le comportement des individus. D’autres instruments de mesure pourraient être utilisés pour examiner la représentation des femmes dans les organisations. A travers l’analyse du site internet du groupe Cevital, nous avons essayé d’analyser ce phénomène de manière dynamique. Troisièmement, comme le souligne l’approche GOS, la représentation des femmes au sein des organisations est affectée par le contexte organisationnel (Ely, 1995 ; Smircich, 1983). Nous avons approximé ce facteur à travers le site internet du Groupe Cevital. Cette approche peut être réductrice. Une étude qualitative auprès des dirigeants et des salarié(e)s pourrait confirmer notre analyse.

References   [ + ]

1. L’ONS est l’Institution Centrale des Statistiques en Algérie.
2. Défini comme étant le rapport de la population occupée âgée de 15 ans et plus.
3. Acronyme VRIN : de valeur, rare, inimitable et non substituable (Barney, 1991).
4. Par cette expression, nous désignons l’approche qui considère toute organisation comme étant marquée par le genre.
5. L’indice d’hétérogénéité de Blau (1977) se définit de la manière suivante : , où pi représente la proportion de membres d’un groupe dans une catégorie et i désigne le nombre de catégories.
6. La baisse s’explique par la réorganisation de l’activité. Certaines activités dépendantes du pôle agroalimentaire ont été sous-traitées ou filialisées (transport, sécurité, bâtiment…).
7. Nous avons également procédé à un test non paramétrique, celui du Khi-deux, qui converge vers le test paramétrique, le t de Student. Sauf mention particulière, ces deux tests convergent et donnent le même résultat. Nous donnons prioritairement les valeurs du t de Student, afin de ne pas alourdir le texte.
8. Site Internet du groupe Cevital.
9. Le groupe Cevital s’est, ainsi, constitué au fil des investissements, autour de l’idée forte de bâtir un ensemble économique. Porté par plus de 13 000 collaborateurs, il représente le fleuron de l’économie algérienne. Le fondateur du groupe Cevital. résume les clefs du succès en sept points: le réinvestissement systématique des gains dans des secteurs porteurs à forte valeur ajoutée, la recherche et la mise en œuvre des savoir-faire technologiques les plus évolués, l’attention accordée au choix des hommes et des femmes, à leur formation et au transfert des compétences, l’esprit d’entreprise, le sens de l’innovation, la recherche de l’excellence, ainsi que la fierté et la passion de servir l’économie nationale (source : site Internet).
10. Par manque d’espace, nous ne présentons pas le tableau associé. Il est disponible sur demande auprès des auteurs. Les données ont été regroupées dans 4 tableaux pour une plus grande facilité de lecture. Les postes ont été numérotés de 1 à 37 en indiquant également les références des pages internet. Nous avons repris les quatre critères de classement précédemment définis sur le titre du poste : Masculin, Féminin, Mixte et Neutre.
11. Pour les postes de Chargé(e) de développement des réseaux de franchise, de Chargé(e) de communication, de Chargé(e) de formation et de développement des compétences et d’Agent commercial(e).
12. Pour les postes de Responsable Magasin Central (profil demandé: technicien supérieur); de graphiste (description du poste «le graphiste»); de Responsable de la Comptabilité (description du poste « le Responsable Comptabilité est chargé»).
13. Par exemple pour les postes de technicien supérieur en architecture ou en génie civil ou de gestionnaire de commande.
14. Entreprises où les femmes sont minoritaires (moins de 25%).
15. Un des profils féminins présentés sur la page Linkedin de l’entreprise est une interprète chinoise et qui a obtenu un diplôme d’une université chinoise.


Références bibliographiques

Acker, Joan (1990). « Hierarchies, Jobs, Bodies: A Theory of Gendered Organizations », Gender & Society, Vol. 4, N°2, p. 139-158.

Acker, Joan (1992). « Gendering organizational theory », dans Mills, A. et Tancred, P. (sous la direction de), Gendering organizational analysis, London, Sage, 248-260.

Aïssaoui, Ali (2001). Algeria: the political economy of oil and gas: Oxford, Oxford University press for the Oxford Institute for energy, p.

Angeloff, Tania et Laufer, Jacqueline (2007). « Genre et organisations », Travail, genre et sociétés, Vol. 17, N°1, p. 21-25.

Appold, Stephen J. ; Siengthai, Sununta et Kasarda, John D. (1998). « The Employment of Women Managers and Professionals in an Emerging Economy: Gender Inequality as an Organizational Practice », Administrative Science Quarterly, Vol. 43, N°3, p. 538-565.

Barney, Jay B. (1991). « Firm Resources and Sustained Competitive Advantage », Journal of Management, Vol. 17, N°1, p. 99-120.

Becker, Gary S. (1964). Human capital: a theoretical and empirical analysis, with special reference to education: New York, NBER-Columbia University Press, 187 p.

Belghiti-Mahut, Sophia (2004). « Les déterminants de l’avancement hiérarchique des femmes cadres », Revue Française de Gestion, Vol. 30, N°151, p. 145-160.

Blau, Peter M. (1977). Inequality and heterogeneity: a primitive theory of social str: New York, Collier Macmillan, 307 p.

Britton, Dana M. (2000). « The Epistemology of the Gendered organization », Gender & Society, Vol. 14, N°3, p. 418-434.

Bruna, Maria-Giuseppina (2013). « Du « bon usage » des réseaux sociaux en entreprise  : le cas de figure des cadres-femmes aux Etats-Unis », Management International, Vol. 17, N°4, p. 14-33.

Cappelletti, Laurent (2010). « Vers un modèle socio-économique de mesure du capital humain ? », Revue Française de Gestion, Vol. 207, N°8, p. 139-152.

Chanut, Odile ; Gharbi, Nadjoua et Bonet-Fernandez, Dominique (2013). « Environnements institutionnels et internationalisation des réseaux de franchise: le cas contrasté des pays du Maghreb », Management et Avenir, Vol. 63, N°5, p. 187-208.

Collis, David J. (1994). « Research Note: How Valuable are Organizational Capabilities », Strategic Management Journal, Vol. 15, N°Winter Special Issue, p. 143-152.

Davidson, Marilyn J. et Burke, Ronald J. (2004). Women in management worldwide, facts, figures and analysis: an overview: Aldershot, England, Ashgate Publishing, 354 p.

Eisenhardt, Kathleen M. (1989). « Building Theories from Case Study Research », Academy of Management Review, Vol. 14, N°4, p. 532-550.

Ely, Robin J. (1995). « The Power in Demography: Women’s Social Construction of Gender Identity at Work », Academy of Management Journal, Vol. 38, N°3, p. 589-634.

Fagenson, Ellen A. (1990). « At the Heart of Women in Management Research: Theoretical and Methodological Approaches and Their Biases », Journal of Business Ethics, Vol. 9, N°4/5, p. 267-274.

Guilbert, Madeleine (1966). Les Fonctions des femmes dans l’industrie: Paris, Mouton & Co, 393 p.

Hadj-Nacer, Abderrahmane (2009). « The Challenges of Setting-Up a Sovereign Wealth Fund in Algeria », Revue d’économie financière, Vol. 9, N°H-S, p. 115-118

Hatch, Mary J. (1993). « The Dynamics of Organizational Culture », Academy of Management Review, Vol. 18, N°4, p. 657-693.

Hlady Rispal, Martine (2002). La méthode des cas : Application à la recherche en gestion: Bruxelles, De Boeck Supérieur, 250 p.

Huselid, Mark A. (1995). « The Impact of HRM Practices on Turnover, Productivity and Corporate Financial Performance », Academy of Management Journal, Vol. 38, N°3, p. 635-672.

Igalens, Jacques ; Louitri, Abdenbi et Sahraoui, Doha (2011). « GRH et encadrement au féminin : cas d’une PME marocaine », Management & Avenir, Vol. 43, N°3, p. 82-102.

Johnson, Scott G. ; Schnatterly, Karen et Hill, Aaron D. (2013). « Board Composition Beyond Independence Social Capital, Human Capital, and Demographics », Journal of Management, Vol. 39, N°1, p. 232-262.

Kanter, Rosabeth M. (1977a). Men and women of the corporation: New York, Basic Books, p.

Kanter, Rosabeth M. (1977b). « Some Effects of Proportions on Group Life: Skewed Sex Ratios and Responses to Token Women », American Journal of Sociology, Vol. 82, N°5, p. 965-990.

Katzenbach, Jon R. (1996). Real change leaders : how you can creat growth and high performance at your company: London, Brearley, 357 p.

Labaronne, Daniel (2013). « Performances des firmes publiques algériennes : une question de privatisation ou de gouvernance des firmes ? », Management et Avenir, Vol. 63, N°5, p. 33-53.

Landrieux-Kartochian, Sophie (2005). « Femmes et performance des entreprises », Travail et Emploi, Vol. 102, N°1, p. 11-118.

Litvin, Deborah R. (1997). « The Discourse of Diversity: From Biology to Management », Organization, Vol. 4, N°2, p. 187-209.

Malochet, Guillaume (2007). « La féminisation des métiers et des professions. Quand la sociologie du travail croise le genre », Sociologies pratiques, Vol. 14, N°1, p. 91-99.

Martin, Patricia Y. ; Harrison, Dianne et DiNitto, Diana (1983). « Advancement for Women in Hierarchical Organizations: A Multilevel Analysis of Problems and Prospects », Journal of Applied Behavioral Science, Vol. 19, N°1, p. 19-33.

Metcalfe, Beverly D. (2006). « Exploring cultural dimensions of gender and management in the Middle East », Thunderbird International Business Review, Vol. 48, N°1, p. 93-107.

Metcalfe, Beverly D. (2008). « Women, Management and Globalization in the Middle East », Journal of Business Ethics, Vol. 83, N°1, p. 85-100.

Metcalfe, Beverly Dawn (2007). « Gender and Human Resource Management in the Middle East », International Journal of Human Resource Management, Vol. 18, N°1, p. 54-74.

Nkomo, Stella M. et Taylor, Cox Jr. (1996). « Diverse identities in organizations », dans Clegg, S., Hardy, C. et Nord, W. R. (sous la direction de), Handbook of organization studies, London, Sage pubications, 338-356.

Omar, Azura et Davidson, Marilyn J. (2001). « Women in Management: A Comparative Cross‐Cultural Overview », Cross Cultural Management: An International Journal, Vol. 8, N°3/4, p. 35-67.

Pennings, Johannes M. ; Lee, Kyungmook et Van Witteloostuijn, Arjen (1998). « Human Capital, Social Capital and Firm Dissolution », Academy of Management Journal, Vol. 41, N°4, p. 425-440.

Pfeffer, Jeffrey (1994). Competitive advantage through people: unleashing the power of the work force: Boston, Harvard business school press, 281 p.

Point, Sébastien et Singh, Val (2003). « Defining and Dimensionalising Diversity: Evidence from Corporate Websites across Europe », European Management Journal, Vol. 21, N°6, p. 750-761.

Point, Sébastien et Singh, Val (2006). « (Re)Presentations of Gender and Ethnicity in Diversity Statements on European Company Websites », Journal of Business Ethics, Vol. 68, N°4, p. 363-379.

Powell, Gary N. (2000). « The Glass Ceiling: Examining the Good and the Bad News », dans Davidson, M. J. et Burke, R. J. (sous la direction de), Women in Management: Current Research Issues, London, Sage Publications, 236-249.

Rajhi, Taoufik et Salah, Hatem (2011). « Concurrence et compétitivité bancaire en Algérie: économétrie de panels sur la période 2000–2007 », African Development Review, Vol. 23, N°1, p. 16-29.

Rumelt, Richard P. (1974). Strategy, structure, and economic performance: Boston, Division of Research, Graduate School of Business Administration, Harvard University, p.

Schultz, Theodore W. (1961). « Investment in Human Capital », American Economic Review, Vol. 51, N°1, p. 1-17.

Scotto, Marie-José ; Sappe, Robin et Boyer, André (2008). « Réussir la diversité du genre. Une expérience de développement de l’égalité professionnelle femme/homme dans le secteur de la Construction, souvent considéré comme « masculin » », Management et Avenir, Vol. 18, N°4, p. 18-41.

Smircich, Linda (1983). « Concepts of Culture and Organizational Analysis », Administrative Science Quarterly, Vol. 28, N°3, p. 339-358.

Spanos, Yiannis E. et Lioukas, Spyros (2001). « An Examination into the Causal Logic of Rent Generation: Contrasting Porter’s Competitive Strategy Framework and the Resource-Based Perspective », Strategic Management Journal, Vol. 22, N°10, p. 907-934.

Strauss, Anselm Leonard et Corbin, Juliet (1998). Basics of qualitative research: techniques and procedures for developing grounded theory Thousand Oaks, London, p.

Wernerfelt, Birger (1984). « A Resource-Based View of the Firtn », Strategic Management Journal, Vol. 5, N°2, p. 171-180.

West, Candace et Zimmerman, Don H. (1987). « Doing Gender », Gender & Society, Vol. 1, N°2, p. 125-151.

Wright, Patrick M. ; McMahan, Gary C. et McWilliams, Abagail (1994). « Human Resources and Sustained Competitive Advantage: A Resource-Based Perspective », International Journal of Human Resource Management, Vol. 5, N°2, p. 301-32.

Yin, Robert K. (1994). Case study research: design and methods, 2nd edition: Thousand Oaks, Sage, 171 p.

Yukongdi, Vimolwan et Benson, John (2005). « Women in Asian Management: Cracking the Glass Ceiling », Asia Pacific Business Review, Vol. 11, N°2, p. 139-148.

Pour citer cette article

, , , et , "La complexe intégration professionnelle des femmes algériennes, entre avancées et résistances: le cas du groupe Cevital", RIMEC [en ligne], 03 | 2019, mis en ligne le 10 mars 2019, consulté le 20 September 2019. URL: http://www.revue-rimec.org/la-complexe-integration-professionnelle-des-femmes-algeriennes-entre-avancees-et-resistances-le-cas-du-groupe-cevital/