Du visible à l’invisible : Une autre lecture de la ville au prisme d’outils connectés

, et

Résumés

Cet article s’intéresse, via l’appropriation d’une application connectée portant sur la qualité de l’air, aux processus de visibilisation /invisibilisation des populations niçoises en fonction de leur rapport au numérique. Au travers de la co-construction de l’application en tant que source potentielle d’émergence de différents enjeux, d’autonomisation des populations et d’externalisation des capacités d’adaptation, l’étude du rapport au numérique des populations étudiées met au jour l’invisibilisation de la population du quartier populaire des Moulins et la survisibilisation de celle fréquentant la Promenade des Anglais. Mettant en perspective ce rapport au numérique avec les caractéristiques socio-spatiales des lieux, cet article interroge le rôle du numérique dans la visibilité des groupes d’acteurs et des quartiers.
This paper aims at showing the visibilisation/invisibilisation of Nice populations process, according to their relation to the digital technology. It questions these processes through the example of a connected application. By the co-construction of the application as potential source of various stakes, this paper studies empowerment of the populations and outsourcing of their adaptation’s abilities. Then, studying the relationship to the digital shows how the quartier des Moulins’s population is made invisible and how the one frequenting Promenade des Anglais is made most visible. Finally, coupling relationship to the digital and socio-spatial characteristics, this paper analyzes how digital technology makesvisible people and places.

Texte intégral

A+ A-

Introduction

En affirmant sa volonté d’amorcer pleinement une nouvelle révolution sociétale, le gouvernement français se positionne au cœur des enjeux de la troisième révolution industrielle1Moritz, M. (avril 2016), « Big data et villes ...continue. L’entrée dans cette transition sociétale pose en toile de fond la question de la connaissance, de l’appropriation, de l’attitude des populations face au déferlement de cette lame de fond numérique2Douay, N. (décembre 2014), « Mouvements sociaux ...continue. Suivre les pas et les traces d’individus solipsistes ne relève plus d’une difficulté technique insurmontable comme le mentionne Latour3Latour, B. et al. (mai 2013), « Le tout est toujours plus ...continue. Dans ce contexte, la ville devient le terrain expérimental d’une diffusion de l’innovation dont l’invisibilisation des considérations éthiques pose pourtant question dans la production de l’espace. Ainsi, la mise en visibilité du rapport corps-esprit, au prisme de la notion de reliance au sens de Morin4Morin, E. (1990), Introduction à la pensée complexe. interroge le recours aux applications numériques, lors de son appropriation par les populations : connexion ou déconnexion de soi, du monde ? Ces modes de connexion, dans un contexte de forte modification urbaine, conduisent à réfléchir sur la notion de visibilité/visibilisation dans un contexte d’émergence de la ville connectée5Hammoudi, T. (juin 2016), « De l’urbs oppidum à la ...continue.

Les observations proposées dans le présent article ne relèvent cependant pas d’une enquête sociologique préalablement construite. Notre objectif est plutôt de rendre compte de constats qui se sont imposés au fur et à du développement expérimental d’une application connectée portant sur la qualité de l’air et testée auprès de différents publics. Ces constats renvoient aux processus de visibilisation/invisibilisation des populations niçoises en fonction de leur rapport au numérique. Ils corroborent en ce sens une littérature scientifique bien documentée concernant l’appropriation des outils numériques. Mais le partage de ces observations avec le lecteur doit être entendu non seulement comme l’incarnation particulièrement concrète d’usages différenciés d’une application par des communautés d’usagers mais également comme une esquisse de réflexion concernant les problèmes éthiques posés par l’axiomatisation « naturelle » d’une application portant sur la qualité de l’air et sur la santé en contexte. La question de l’appropriation des usages se trouve ainsi redoublée par une question d’empowerment en santé et par une prise en compte des représentations excessivement différentes des utilisateurs quant à la question de l’environnement. En somme, si les perspectives ouvertes par la personnalisation de la médecine notamment via l’internet des objets sont incommensurables6Noyer, Jean-Max, Brèves réflexions sur les devenirs des ...continue, les observations effectuées au fil de l’expérimentation suggèrent une réalité moins flatteuse. En ce sens le mediumnon seulement révèle des impossibilités mais inscrit et augmente les différences. L’axe principal de notre travail était d’évaluer si une application pouvait produire un couplage entre modification des comportements et modification des représentations en lien avec l’environnement. Nous proposons au lecteur de faire avec nous un pas de côté : il n’est pas sûr que l’application produise de manière égale une prise de conscience de l’environnement. Mais il est possible qu’elle instaure une différenciation supplémentaire entre des populations déjà a priori différenciées. En somme une invisibilité ou plutôt une exclusion visible de populations. Cette hypothèse sans doute amère doit cependant non pas être nuancée mais bien comprise comme une hypothèse qu’un travail plus abouti sur la mise en œuvre des smart-cities pourra peut-être démontrer.

La construction des outils d’enquête et les résultats de cet article s’appuient donc sur les travaux réalisés dans le cadre d’un projet multipartenaires financé par l’Agence Régionale de Santé Provence Alpes Côte d’Azur, le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur et l’IDEX Jedi de l’Université de Nice. Une application numérique pour une mise en visibilité de la qualité de l’air au profit des usagers peut-elle être un levier démocratique – pour tous et par tous – afin de transformer le patient-sujet en acteur de sa santé ? Sur ce thème, le projet Monitoring urbain santé environnement (MUSE)7Lancé en mars 2017 par le Laboratoire de soins ...continue explore trois enjeux sociétaux majeurs : l’apport des nouvelles technologies en santé, l’impact des nouveaux risques environnementaux et l’autonomisation du patient-acteur de sa santé. Il développe une approche citoyenne collaborative vis-à-vis de la qualité de l’air, afin d’en limiter l’impact sur l’organisme des populations : la pollution atmosphérique est responsable d’environ 48 000 décès par an en France8http://www.santepubliquefrance.fr/, communiqué de presse ...continue.

Éléments de cadrage

La sphère de visibilité/invisibilité dont nous traitons dans cet article relève de la notion de visibilité sociale, telle que précisée par Voirol 9Voirol, O. (2005), « Présentation ».Réseaux,n°1, p. ...continue. Nos groupes sociaux ne correspondent pas explicitement à des catégories labellisées et leur visibilité ou non s’accompagne de « logiques de situation » liées au contexte, notamment spatial et ne peuvent s’affranchir de dimensions politiques et d’organisation de la ville. Pour cette dernière, l’aménagement répond tant à des logiques de contrôle social 10Hirt, I. et C. Desbiens (2017), « L’aménagement du ...continue que de marketing territorial11Chamard, C. et L. Schlenker (2017), « La place du ...continue.

Dans ce contexte, la mise en œuvre d’une application connectée met en lumière le rapport au numérique des populations et ses conséquences, analysées en termes de visibilité, de rapport à soi, à la société12Peugeot, V. et al. (novembre 2019), « L’innovation ...continue et au territoire à l’ère de la démocratie participative numérique. Cela inclut la notion d’empowerment13Labarthe, F. et M. Trainoir (novembre 2019), « Explorer ...continue, ou de pouvoir d’agir, comme élément contributif des processus de visiblisation/invisibilisation, mais également celle de santé connectée14Carral, M. del R. et al. (mars 2017), « Santé ...continue.

La co-construction d’une application numérique : autonomisation, externalisation et mise en visibilité des populations

Le cœur du projet sur lequel nous basons ce travail repose sur le développement d’un outil numérique : une application de santé connectée dédiée à la pratique d’une activité physique « au bon endroit au bon moment » en fonction de la qualité de l’air, visant à favoriser une meilleure maîtrise de son environnement extérieur quotidien via la consultation en temps réel du taux de pollution là où l’utilisateur se trouve, mais aussi à une prise en main de sa santé via la déclaration de signaux faibles (symptômes).

Cette recherche, dont l’entrée principale reste le rapport au numérique, prend en compte les recommandations de la Conférence nationale de santé (CNS15Instance consultative sous l’égide du ministère de la ...continue) qui préconise l’usage des technologies numériques pour réduire les inégalités de santé et non les accroître. Dans le résumé de son avis, rendu en février 2018, la CNS mentionne un point crucial : « Si l’apport des Apps/OC est indéniable en termes d’amélioration de la santé, alors leur accès à tous doit être garanti sinon pour des raisons d’ordres culturel, cognitif, social, géographique ou de couverture numérique notamment, leur développement viendra creuser les inégalités de santé ».

La population du quartier populaire des Moulins, cœur de cible initial, visait à prendre en compte cette dimension. Considéré comme un quartier prioritaire de la politique de la ville,16Site de l’Université Ouverte des Humanités de Nice : ...continue c’est un ensemble de logements sociaux pilotés par l’Office public de l’Habitat Côte d’Azur Habitat, Jusqu’à présent situé dans une zone aux confins de la ville, le quartier se retrouve aujourd’hui au centre de la nouvelle zone économique de Nice “Eco-vallée”, raccordée au centre-ville par la ligne 2 du tramway.

L’adjonction de la population présente sur la Promenade des Anglais répond à l’opportunité d’avoir une population conforme à la stratégie de marketing territorial de la ville, à visée comparative. C’est en effet sur la base de cette comparaison que nous avons pu mettre en évidence les processus d’invisibilisation des populations selon leur rapport au numérique socialement et spatialement ancré.

Éléments de méthode, phase 1 : prendre le pouls des populations en vue de la co-construction de l’outil numérique

Différentes méthodes ont été mises en œuvre selon les objets d’étude poursuivis dans le cadre de la phase de terrain du projet Muse. Un ensemble mixte de méthodes qualitatives et quantitatives de recueil de données a été utilisé.

Les entretiens semi-directifs

Dans une visée exploratoire et afin de recueillir suffisamment d’éléments de discours pour proposer une analyse fine, nous avons eu recours à des entretiens semi-directifs auprès de deux populations distinctes : l’une venant du quartier des Moulins, l’autre rencontrée sur la Promenade des Anglais.

Six entretiens préalables ont été menés en 2017 dans le quartier des Moulins, dans la phase d’élaboration du projet. Puis en 2018, quinze entretiens ont été menés dans le quartier des Moulins et seize sur la Promenade des Anglais.

Afin d’analyser le matériau collecté lors des entretiens semi-directifs, nous avons eu recours au logiciel Iramuteq. Il s’agit d’un logiciel libre d’analyse de données ou de statistiques textuelles, qui permet d’extraire les occurrences les plus utilisées par un sujet ainsi que de mettre à jour le cheminement qui sert la construction de son discours.

Les questionnaires

Des questionnaires ont été mobilisés dans l’optique de l’étude des modifications de perceptions et comportements vis-à-vis de la qualité de l’air d’un panel de 74 niçois équipés de l’application de santé connectée Breathe-Up. Les questionnaires ont été administrés en deux phases : des questionnaires introductifs, puis des questionnaires finaux. Le premier avait pour objectif d’explorer les perceptions et comportements des enquêtés vis-à-vis des thèmes de MUSE avant qu’ils ne testent l’outil Breathe-Up. Dans le cas du questionnaire introductif proposé au panel de testeurs de Breathe-Up, la quasi-totalité a bénéficié d’une passation par enquêteur en face-à-face. Le questionnaire final avait pour objectif d’explorer les perceptions et comportements des enquêtés vis-à-vis des thèmes de MUSE à l’issue d’une période de test de l’outil Breathe-Up, allant de 1 semaine à 1 mois, selon les modalités d’inclusion. Certains (pharmaciens, jeunes parents et une partie du groupe de personnes atteintes de pathologies respiratoires) se sont auto-administrés ce questionnaire, dont l’accès leur avait été envoyé par mail. Le reste des enquêtés composant le panel ayant bénéficié d’une passation par enquêteur, en face-à-face ou par téléphone. À noter que l’auto-administration du questionnaire dit “d’évaluation finale” est l’une des explications du faible taux de retour de ce document dans les groupes n’ayant pas pu bénéficier d’une interaction avec l’enquêteur.

Le traitement des données a été effectué à l’aide du logiciel Sphinx, qui a permis de corréler les questionnaires introductifs aux évaluations finales. Ce dernier outil permet le traitement quantitatif des données et l’analyse des données qualitatives.

Les cartes mentales

Nous avons envisagé la mise en place d’un protocole en ayant recours aux différents travaux effectués sur les cartes mental17Moser, G. et K. Weiss (2003), Espaces de vie ; Dernat, S. ...continuees , utilisées en tant qu’« expression cartographique d’une représentation subjective de l’espace »18Lévy, J. et M. Lussault (2003), Dictionnaire de la ...continue (p. 132).

Dans le cadre du questionnaire introductif, il était demandé aux enquêtés de renseigner (de manière rédigée ou sur une carte de Nice jointe en annexe) les lieux précis où ils pratiquent leur activité physique et/ou sportive, d’indiquer leurs ressentis en termes de qualité de l’air selon les lieux fréquentés.

Éléments de méthode, phase 2 : Co-construire une application sur la qualité de l’air : entre autonomisation et externalisation des capacités d’adaptation

Le projet MUSE s’appuie notamment sur un outil de santé numérique, Breathe-Up. Initialement développée par le groupe Tera (acteur français de la mesure et du suivi de la qualité de l’air) à destination d’un public sportif et technophile, l’application Breathe-Up a nécessité un important travail d’adaptation et de traduction pour se muer en un outil pertinent, permettant de matérialiser les enjeux thématiques explorés par le projet MUSE. Une démarche qui rejoint celle développée par les instigateurs de la sociologie de la traduction qui théorisent toute innovation comme une progressive transformation, condition sine qua non pour générer de processus d’adoption de la part de ses usagers 19Ibid.. Dans sa forme initiale, il s’agit d’une interface simple permettant à ses usagers de connaître en temps réel la qualité de l’air là où ils se trouvent (via l’agrégation de trois polluants atmosphériques et l’utilisation du réseau de capteurs d’AtmoSud, l’association agréée pour le contrôle de la qualité de l’air au sein de la région Paca) pour mieux choisir leurs lieux de pratique physique. Cette information permet à l’usager de visualiser plus que de percevoir la qualité de l’air de sa zone de déplacement. L’application devient de ce fait un vecteur de visibilité d’un élément par ailleurs peu appréhendable par les populations.

Dans le cadre de MUSE, l’enjeu était de construire un véritable outil permettant à ses usagers vulnérables aux effets de la pollution de pouvoir corréler leurs symptômes avec la qualité de l’air. L’application visant à favoriser une démarche dynamique de l’usager vis-à-vis de sa santé et de son environnement, celle-ci se devait d’évoluer afin de lui permettre d’accéder, de la manière la plus intuitive possible, à des messages clairs et personnalisés. In fine l’objectif serait d’atteindre une capacité pour les utilisateurs de percevoir leur environnement sans l’aide de l’application, cette dernière servant de reliance, de reconnexion au monde qui sera étudiée dans les phases ultérieures du projet.

Nous avons participé à cette réorientation majeure via l’élaboration des messages prodigués par l’outil numérique ainsi que la structuration du profil personnalisé proposé aux usagers. La cible principale visée par l’outil dans le cadre du projet MUSE (public vulnérable vis-à-vis de la pollution, potentiellement technophobe) étant extrêmement éloignée de celle visée lors du développement initial de l’outil par le groupe Tera (public sportif, technophile), la réflexion sémantique a tant porté sur les registres de langage (vouvoiement, tutoiement) à privilégier dans les messages délivrés par Breathe-Up que sur les stratégies de gratification à mettre en œuvre afin de maintenir une adhésion de l’usager vis-à-vis de l’outil. La hiérarchisation du profil (clé de voûte de la personnalisation des messages envoyés par l’outil Breathe-Up) a demandé un travail d’expertise en termes d’expérience utilisateur. Une réflexion globale a également été menée sur les fonctionnalités de l’application ainsi que sur son ergonomie.

Nous avons ainsi demandé à différents échantillons de volontaires de tester cette application et d’en évaluer l’usage à l’issue de leur expérimentation. Via cette interface, l’objectif était d’explorer sur la population-test les thèmes de l’autonomie en santé, auto-prévention, reliance, ainsi que des modifications de comportements et perceptions vis-à-vis de la qualité de l’air dans son environnement quotidien.

L’application Breathe-up devait être un outil compréhensible par tous types de population, tant grâce à son ergonomie relativement simple que grâce à sa personnalisation du profil de l’utilisateur. En effet, ce dernier, très détaillé, permet une appropriation très personnelle de l’outil et de son usage. L’utilisateur peut y spécifier très précisément – en plus de son profil de base qui comprend taille, poids, âge, etc. – son activité physique modérée et/ou intense (temps d’activité par semaine en heures), son état de santé (cardiaque, asthmatique, allergique, etc.) ainsi que des renseignements annexes (enceinte, fumeur, etc.). Ainsi, durant la phase de test de l’application, nous avons inclus différentes cohortes qui pouvaient toutes concevoir un usage particulier de cet outil. Parmi ces cohortes, nous comptons des personnes âgées pratiquant une activité physique, des personnes vulnérables, des personnes issues du corps médical, des jeunes parents et des étudiants.

Grâce à ce profilage très personnalisé et une vulgarisation des informations à venir, Breathe-up devait participer à la palliation de tout processus d’invisibilité, cherchant à intégrer tout type de population pouvant y trouver un intérêt subjectif.

Les actants invisibilisés/survisibilisés : quand les lieux et le rapport au numérique dissimulent des groupes sociaux

La ville de Nice, à l’instar des grandes métropoles, est fortement marquée par la dissonance entre ce qui dispose d’une visibilité accrue à l’échelle touristique et culturelle, et ce qui est volontairement invisibilisé. Elle axe sa visibilité sur les plus beaux monuments et sites qui font d’elle la deuxième commune la plus touristique de France. Tout comme la Tour Eiffel de Paris, la Promenade des Anglais joue son rôle dans la scénarisation de Nice comme totalité 20Latour, B. et E. Hermant (1998), Paris ville invisible..

Ainsi, le quartier des Moulins, en marge de cette promenade mais aussi excentré du centre-ville, se situe paradoxalement entre deux lieux aux activités humaines importantes et à la visibilité accrue : le centre-ville et l’aéroport. Néanmoins, les déplacements s’effectuent de l’un à l’autre, sans aucun détour ou arrêt dans ce quartier populaire. Cependant, la nouvelle centralité créée par le développement de Nice Méridia, au-delà du quartier des Moulins et la ligne de tramway reliant ce nouveau quartier au centre historique désenclave le quartier populaire, désormais traversé et non plus isolé à l’extérieur. Pour autant, à l’heure de notre étude (en phase chantier du nouveau quartier), aucun processus de gentrification n’y est encore à l’œuvre.

L’analyse des discours des différentes personnes rencontrées sur la Promenade des Anglais et dans le Quartier des Moulins souligne des contrastes importants dans les représentations des populations vis-à-vis de la qualité de l’air.

À travers la citation suivante, l’écœurement vis-à-vis de la situation du quartier des Moulins ressort très nettement. “C’est pas un problème de qualité de l’air mais de qualité de l’environnement. Tout est dégueulasse. Y’a des travaux mais ils servent juste à cacher la misère. Y a d’la poussière dans l’air, ça me sèche le nez et la gorge, mais ça a pas d’impact sur ma santé.”G, 45 ans, habitant du quartier.

“Cacher la misère”, “poussière”, tant d’expressions qui appuient l’invisibilisation du quartier des Moulins dont notre protagoniste semble parfaitement conscient. Si ce dernier identifie très clairement des symptômes qui sont des conséquences directes d’une mauvaise qualité de l’air (“ça me sèche le nez et la gorge”), il ne semble pas faire le lien entre ces symptômes et la qualité de l’air elle-même (“ça n’a pas d’impact sur ma santé”). Néanmoins, cette citation, pertinente et riche de vocabulaire, dénote des autres avis recueillis auprès de la population du quartier des Moulins, qui, en grande majorité, restait insensible aux problématiques environnementales et sociétales évoquées. En effet, si l’on regarde le nuage de mots du Quartier des Moulins généré par le logiciel Iramuteq, et qu’on le compare à celui correspondant au discours des sondés en bord de mer (Promenade des Anglais) on constate immédiatement un écart de vocabulaire important, en termes de richesse et de pluralité des mots les plus récurrents.

                                           Figure 1. Nuages de mots des deux populations

Ces nuages de mots (Figure.1) révèlent un autre élément qui peut poser question. En effet, les mots “Nice” et “Pari” (Pari correspond ici à la ville de Paris, le logiciel n’a pas saisi la nuance) sont respectivement 5 fois et 3,5 fois plus présents dans les discours du bord de mer que dans ceux des Moulins. Le quartier des Moulins semble ainsi ne pouvoir s’assimiler qu’à lui-même plutôt qu’à la métropole Nice Côte d’Azur ou au territoire national. On peut supposer que la population du quartier des Moulins ne se sent pas intégrée à la commune niçoise, se marginalisant de ce fait. Cette exclusion de l’espace métropolitain semble aller plus loin encore qu’au simple niveau local, puisque les références à Paris sont quasi-inexistantes, alors que la référence à la capitale française en matière de pollution semble relever de la culture nationale tant elle est évoquée par les citoyens.  L’invisibilisation est perçue par la population locale, comme en témoigne un locuteur nous précisant “ce quartier a une image négative, pour la changer, il faudrait le renommer” Entretien aux Moulins. Le changement de nom à visée de marketing territorial, qui pourrait contribuer à donner une autre visibilité au quartier, constitue en effet un vecteur largement utilisé par d’autres territoires21Bart, C. L. et T. Procureur (novembre 2011), « Quand les ...continue. Ici, les logiques de situation et les représentations se combinent pour renforcer l’invisibilité sociale de la population.

Facteur favorisant leur mise en visibilité, les enquêtés rencontrés sur la Promenade des Anglais étaient nettement moins régis par des contraintes de temps et donc plus réceptifs à l’interaction. Ainsi, le site remarquable, en tant qu’espace physique 22Bourdieu, P. (1993), La Misère du monde. semble détenir quasi intrinsèquement les conditions favorisant la mise en visibilité des publics qui le fréquentent (figure 2).

 

                       Figure 2 : Dualité des représentations de la ville niçoise.

 

L’invisibilisation et la population du quartier des Moulins

Il faut préciser que le taux d’étrangers dans ce quartier est supérieur à la moyenne des autres quartiers prioritaires de France, avec 21,1% de personnes n’ayant pas la nationalité française ? Bien qu’il soit difficile de corréler la maîtrise de la langue française en fonction de la nationalité de chacun, on peut néanmoins supposer que c’est en partie à cause du taux d’étrangers, ajouté au niveau d’étude moyen dans le quartier, que nous nous sommes tant heurtés à la barrière de la langue lors de nos entretiens.

Au-delà du problème de la langue, nous avons été confrontés de manière continue à des personnes ne s’intéressant pas aux questions environnementales et de santé, encore plus si cela doit passer par le biais d’une application connectée. Ici, le rapport au numérique devient discriminant. Le premier frein se joue dans le rapport au sujet de notre étude, la plupart des personnes ayant une connaissance très succincte des questions relatives à la qualité de l’air et nous faisant comprendre très directement qu’ils n’étaient pas intéressés pour en savoir davantage. La notion même de qualité de l’air, au centre de notre projet, était mal identifiée par les habitants de ce quartier.

Un amalgame est parfois fait avec l’hygiène plus générale, à l’image de D., habitante du quartier depuis 1 an :

« Qu’est-ce que vous pensez de la qualité de l’air de manière générale sur le quartier ?

– Dégueulasse.

– Qu’est-ce qui vous fait dire qu’elle est dégueulasse ?

– Par exemple, la mairie fait tout le temps des travaux, les poubelles sont enlevées et nettoyées mais les gens sont dégueulasses dans ce quartier. »

Un effort de sensibilisation et de vulgarisation semble à faire, car la même personne indique :

« Est-ce qu’on vous a déjà parlé de qualité de l’air ou c’est la première fois ?

–  Je crois que c’est la première fois. »

Il semble que la population de ce quartier ressente les problématiques environnementales comme des questions très éloignées de leur quotidien et de leurs problèmes immédiats. Un paradoxe alors que le quartier des Moulins se situe géographiquement à proximité de sources de pollution facilement identifiables, enclavé entre l’entrée de l’autoroute A8, les voie de chemins de fer et l’aéroport international (troisième plateforme de France de par sa fréquentation). En outre et pour aller au-delà du simple constat de “méconnaissance des enjeux”, les habitants auxquels nous avons été confrontés souffrent d’un véritable épuisement lié à la multiplication des chantiers alentours. Ainsi, le quartier fait l’objet d’un vaste plan de requalification urbaine initié fin 201023Site Officiel de la ville de Nice, URL : ...continue, dont la poussière dégagée par la démolition des immeubles donne à la population l’impression que l’air est saturé, pollué, et dont le bruit excède la population. La zone vient également de subir plusieurs mois de travaux liés à la construction de la ligne 2 du tramway. La multiplication de ces chantiers entraîne notamment dans les discours la présence d’une confusion via l’assimilation de la poussière générée par les travaux à la principale manifestation de la pollution atmosphérique.

Par ailleurs, concernant le rapport des interrogés avec la technologie, cœur de notre propos, nous observons un second frein à la sensibilisation à la qualité de l’air. En effet, certaines personnes ne possèdent pas de smartphone car ils n’en ont pas l’utilité ou parce qu’ils n’ont pas les moyens, et d’autres rejettent tout simplement ces technologies, évoquant notamment la sécurité des données ou encore les contrecoups de la technologie sur les rapports sociaux. Certains ressentent un éloignement générationnel vis-à-vis des applications, même si leur âge réel ne les place pas dans les catégories les plus éloignées du numérique. En témoigne le discours d’une habitante des Moulins, (40-50 ans) :

« Non, j’ai un téléphone mais je n’utilise pas les applications.

-Si on crée une application mobile qui permet d’indiquer la qualité de l’air, cela vous intéresserait ?

-Pas pour moi, mais pour les enfants oui, pour la nouvelle génération. »

L’ancrage socio-géographique semble prédominer ici pour contribuer à l’effacement de la population locale.

Dans ce quartier spécifique, les horaires auxquels nous avons effectué les enquêtes ont pu également avoir un impact sur la manière dont nous avons perçu la population et leurs réactions. Les horaires influent aussi sur la population enquêtée : il semble qu’en journée, le quartier est majoritairement occupé par des femmes. Les hommes sont ainsi partiellement invisibilisés par notre processus d’enquête de terrain en journée.

Un autre problème rencontré dans le quartier durant la journée réside dans la nature des déplacements des personnes. Il ressort de nos rencontres que ces dernières se déplacent au sein de ce territoire uniquement dans un but précis (se rendre d’un point A à un point B) et non pas dans l’optique de flâner, de s’asseoir sur un banc… La plupart des gens interrogés étaient ainsi en transit entre leur travail, un commerce de proximité ou l’école et leur domicile, ce qui les rend d’apparence moins abordables.

La survisibilisation et la population fréquentant la Promenade des Anglais

La dynamique d’adhésion observée lors de nos entretiens de rue était en revanche sensiblement différente à seulement quelques kilomètres du quartier des Moulins.

Site vitrine de la ville de Nice, candidat à l’inscription au Patrimoine mondial de l’Unesco, la Promenade des Anglais fait office d’image d’Epinal pour la capitale azuréenne, quitte à en éluder les problématiques et les disparités. Dans les faits, le lieu agrège des populations venant de tous types de quartiers de la ville (ou d’ailleurs) et ayant tous niveaux de vie. La Promenade des Anglais borde Nice, de l’entrée de ville à l’Ouest (zone la plus proche du quartier des Moulins) au centre-ville touristique à l’Est, en contrebas du très touristique “Parc de la colline du Château”. Ce dernier, un rocher surplombant le littoral, offre le point de vue le plus prisé pour photographier la ville sous son angle le plus emblématique et métonymique : un “Beauty shot” de la Promenade des Anglais n’englobant qu’une partie de celle-ci et excluant ainsi la portion la plus à l’Ouest – populaire et essentiellement fréquentée par des locaux des quartiers voisins. Le site étudié n’est donc pas une entité territoriale homogène. C’est délibérément que nous nous inscrivons, dans le cadre de notre enquête, dans cette portion “carte postale”, afin d’y étudier les processus de mise en visibilité liés à la notoriété / visibilité du territoire et leur lien avec le rapport au numérique des personnes fréquentant ces lieux.

Sur la Promenade des Anglais, la réceptivité du public rencontré vis-à-vis des thèmes du projet MUSE (qualité de l’air, nouveaux usages) était nettement plus accrue. La dynamique de déplacements y était totalement différente de celle constatée dans l’espace urbain des Moulins. Si le nombre de refus d’interagir n’a pas été scrupuleusement consigné, il apparaît qu’il était très sensiblement moins important que dans le quartier des Moulins. La population rencontrée y était hétérogène : on y compte ainsi 35% de personnes âgées de moins de 25 ans, 30% de 25-35 ans, 10% de 35-50 ans et 25% d’interrogés de plus de 60 ans. Si 90% des personnes rencontrées résident au sein de la ville de Nice, 11 quartiers de Nice, situés tant à l’Ouest, au centre, qu’à l’Est, sont néanmoins représentés dans les lieux de vie mentionnés au cours des entretiens. Contrairement aux rencontres de rue menées au sein du quartier populaire des Moulins et qui ne concernaient que des personnes y résidant, le brassage démographique est à l’œuvre sur le site de la Promenade des Anglais. Nous y avons été confrontés à un public plus lucide et informé sur la qualité de l’air. A l’instar de C., 70 ans, qui étaye ainsi la question “que pensez-vous de la qualité de l’air ici” :

« Ça dépend des jours, non ? En tout cas sur la Promenade, c’est sûr que c’est pollué, mais on a moins l’impression avec la mer et le vent… Mais bon ça sent les gaz d’échappement partout. Je me dis quand même : les gens aux terrasses au bord de la route, je sais pas comment ils font. »

Les interrogés trouvant la qualité de l’air plutôt satisfaisante la placent dans une dynamique de comparaison favorable vis-à-vis des forts taux de pollution affichés dans d’autres villes qu’ils connaissent, comme Paris (cité par 35% des personnes interrogées) ou d’autres lieux (10%), démontrant également un certain niveau d’information sur le sujet, comme en témoigne cet extrait : « Moi j’habitais avant à Paris. Et oui, c’était une catastrophe. D’ailleurs à chaque fois que j’y retourne, c’est une horreur. Je ressens du mal à respirer, je me sens grise, enfin la peau voilà… Traits tirés… Après tout ça, ici, quand je suis arrivée ici, j’ai moins eu ça justement. […]pour aller au travail, je passe par la Prom’, donc de voir tous les matins la mer et de ressentir un peu l’iode même s’il y a la pollution à côté, déjà j’ai senti la différence par rapport à Paris, ça c’est clair », L, 30 ans.

Le degré de sensibilisation de la population circulant en ces lieux est très différent de l’autre site. Leur rapport au numérique également, qui apparaît très nettement dans leurs réponses. L’évaluation de ce rapport au numérique aurait été instructive si leur intégration au panel de testeurs avait été possible.

Vers une mise en visibilité des populations à travers les outils numériques ?

L’amélioration de l’appropriation de l’outil numérique proposé semble à corréler avec différents travaux en sciences de l’information et de la communication établissant l’importance d’un tiers humain dans les échanges numériques 24Imhoff, C. (octobre 2019), « L’animation de communauté ...continue.Les recommandations élaborées par la CNSy font écho, notamment au travers de deux points présentés ci-après. Dans cette partie, nous ne faisons plus références aux deux populations évoquées auparavant, mais avons intégré différents profils éloignés des outils connectés, afin de tester l’hypothèse d’une mise en visibilité à travers l’évolution du rapport au numérique.

« Agir pour que les Apps/Objets connectés ne soient pas porteurs eux-mêmes d’inégalités dans leur conception ».

Sur ce point, le projet MUSE présente intrinsèquement des limites technologiques qui ont pu contribuer, au contact de certains profils plus éloignés des outils connectés, à accentuer une forme d’inégalité d’accès. En effet, l’outil sur lequel s’appuie les travaux de terrain ayant subi d’importants retards de développement, toutes les fonctions de guidage proposées traditionnellement lors de l’installation et de la première navigation sur un outil de ce type étaient absentes. De fait, l’outil ne proposant pas cette médiation technologique et intuitive pour prendre en main l’application, il ne s’est montré accessible qu’aux profils de testeurs les plus autonomes et aguerris vis-à-vis de ce type d’application. Si pour certains profils davantage novices cette lacune a pu être comblée par la médiation et l’accompagnement humain proposés par l’équipe de chercheurs, pour d’autres, elle a pu conduire malgré tout à un désintérêt progressif pour l’outil. A l’instar de H., une retraitée de 68 ans très volontaire lors de notre premier échange bien que déclarant un usage “minimum” de son smartphone, rapidement déçue par le manque de guidage de l’outil : “Je m’attendais à avoir plus d’infos, de commentaires, de comparatifs. (…) Je me suis inquiétée parce que j’ai pas de message : il faudrait que ce soit plus vivant. J’aimerais que l’application me parle à moi” [extrait d’une rencontre intermédiaire une semaine après l’installation de l’outil].

Alors que les technophiles n’ont eu aucun problème à entrer dans les fonctionnalités de l’outil, allant jusqu’à les juger parfois trop limitées, des cas extrêmes de “technophobie” ont vu quant à eux le jour, notamment chez des profils de personnes âgées. C’est le cas de D., retraitée de 76 ans, également membre de notre cohorte de testeurs. Utilisant son smartphone uniquement pour des fonctionnalités ludiques et ignorant les fonctionnalités de géolocalisation que cet outil détient intrinsèquement, cette dernière a, au contact de l’application qui délivre des taux de pollution en fonction du lieu où se trouve l’appareil, développé une véritable paranoïa à l’égard de l’outil connecté proposé. Lors de nos échanges de fin de test, cette dernière s’est ainsi exclamée, hors d’elle :“cette application, elle sait où je suis, où je vais ! Je veux pas, je veux pas ! Comment on fait pour l’enlever ! Je veux pas de ça moi !”

« Énoncer et faire respecter le cadre éthique du développement et de l’utilisation des Apps/OC ».

Conscients que la notion d’éthique et de sécurité des données est un facteur majeur d’adhésion tant pour la cohorte de testeurs de l’application développée dans le cadre de Muse que pour les praticiens de santé associés au projet, une attention particulière a été portée sur ce point. Ainsi, le Laboratoire de soins pharmaceutiques et de santé publique du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, pilotant le projet, a choisi d’opter pour un hébergement des données de santé transitant sur l’application (via la fonctionnalité de déclaration de symptômes) uniquement sur les serveurs du CHU et non sur ceux du groupe privé développant l’outil. Un argument favorisant nettement la crédibilité déontologique du projet et la dynamique d’acceptation des publics à qui l’outil fut proposé.

Intégrer d’autres dispositifs

Dans le projet, d’autres aspects ont été mis en œuvre pour favoriser l’appropriation de l’outil numérique par des populations non technophiles.

Ainsi, la ville de Nice a souhaité associer des seniors inscrits à “Click & Move”, une action municipale conjuguant ateliers d’activité physique adaptée et d’initiation aux nouvelles technologies. Combinant trois axes du projet MUSE (critère de vulnérabilité à la pollution atmosphérique du fait de l’âge + pratique d’une activité physique + volonté de prise en main des outils numériques), le public visé a bénéficié d’une présentation détaillée du projet MUSE et de son application par des membres de l’équipe de recherche. Mais sur la quinzaine de personnes sensibilisées, seule une s’est portée volontaire pour prendre part à l’étude. En cause : un déficit de confiance vis-à-vis de leur capacité à prendre en main au quotidien des outils technologiques malgré la démarche d’éducation au numérique entreprise par ces personnes, ces dernières arguant notamment avoir appris à se servir d’une tablette mais peiner à prendre en main un smartphone.

De même, pour la cohorte intégrée par le programme CHU / Azur sport, nous avons observé que dans la dynamique de mise en visibilité des publics, la crédibilité et à la confiance accordée au prescripteur du projet aux yeux de l’enquêté a joué un rôle majeur dans la motivation des personnes à mener à bien le test de l’outil proposé.

Conclusion 

Cet article s’est intéressé, via l’appropriation d’une application connectéecouplant prise en compte de la santé et de l’environnement d’une part et information sur la qualité de l’air et préconisations de comportement, aux processus de visibilisation/invisibilisation de populations niçoises.

La question de la co-construction de l’application a révélé différents enjeux, entre autonomisation des populations et externalisation des capacités d’adaptation. L’observation des populations étudiées met au jour l’invisibilisation de la population du quartier des Moulins et la survisibilisation de celle fréquentant la Promenade des Anglais, bref à une différenciation augmentée de populations a priori déjà différenciées.

L’application numérique a été conçue dans une logique d’empowerment, avec une mise à disposition de données pour que les populations, notamment issues du quartier de Moulins, puissent s’en saisir pour mieux maîtriser leurs pratiques au regard de la qualité de l’air. Pour partie   les retours de terrain montrent un processus d’invisibilisation conforme à une dimension de marketing territorial, de « Beauty shot » évoquée plus haut.

Les témoignages recueillis montrent que l’autonomisation des individus vis-à-vis de l’interface sont très hétérogènes selon les personnes interviewées, leur degré équipement, types d’abonnements et leur maîtrise technologique. Ce qui est conforme à ce que d’autres travaux comme ceux de Boubaker Nobilet et Ihadjadene [11] ont pu montrer par ailleurs. Cependant, l’introduction dans l’application d’une notion aussi complexe que l’exposome peut contribuer à atténuer les différences d’appréhension entre les populations. L’appropriation de l’outil sera à évaluer de ce point de vue. Nous pouvons par ailleurs questionner la portée réelle de ces outils en termes d’atténuation d’inégalité sociales et spatiales, puisque le recours à un tiers est souvent évoqué pour compenser l’absence de maîtrise technologique liée à l’appropriation de l’interface. Par ailleurs, nous pouvons nous interroger au-delà d’une forme d’empowerment du patient25Cases, A.-S. (2017), « L’e-santé ». sur la capacité d’une population plus élargie à se saisir de l’application (empowerment communautaire). A ce stade d’observation, une forme de revendication politique “individu centrée” fondée sur une meilleure aspiration à la qualité territoriale peut émerger, portée par des smart citizen connectés. Dans la compétition de l’avènement des bonnes nouvelles, il en est sans doute de meilleures.

 

References   [ + ]

1. Moritz, M. (avril 2016), « Big data et villes éco-intelligentes ».
2. Douay, N. (décembre 2014), « Mouvements sociaux numériques et aménagement de l’espace » ; Crosnier, H. L. et P. Vidal (avril 2017), « Entre fragilité et innovation sociale, les communs urbains à l’heure du numérique. Avant-propos ».
3. Latour, B. et al. (mai 2013), « Le tout est toujours plus petit que ses parties », “The wholeisalwayssmallerthanits parts” ».
4. Morin, E. (1990), Introduction à la pensée complexe.
5. Hammoudi, T. (juin 2016), « De l’urbs oppidum à la datapolis » ; Ambrosino, C. et al. (2018), « Résiliente, collaborative et bricolée. Repenser la ville créative à « l’âge du faire » » ; Offner, J.-M. (juin 2018), « La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine ».
6. Noyer, Jean-Max, Brèves réflexions sur les devenirs des économies politiques de santé : IOT, Molécularisation- Epigénétique, Individuation psychique et collective de la santé, ISTE Open sciences, publié le 8 février 2019.
7. Lancé en mars 2017 par le Laboratoire de soins pharmaceutiques et de santé publique (L2SP) du Centre hospitalier universitaire de Nice et l’Unité de recherche émergente // TransitionS de l’Université de Nice-Sophia-Antipolis.
8. http://www.santepubliquefrance.fr/, communiqué de presse “Impacts sanitaires de la pollution de l’air en France : nouvelles données et perspectives” mis en ligne le 21.06.2016, consulté le 26.04.2018.
9. Voirol, O. (2005), « Présentation ».Réseaux,n°1, p. 9‑36
10. Hirt, I. et C. Desbiens (2017), « L’aménagement du territoire et la question de la différence culturelle au Canada. De l’invisibilité à la visibilisation des peuples autochtones ».
11. Chamard, C. et L. Schlenker (2017), « La place du marketing territorial dans le processus de transformation territoriale ».
12. Peugeot, V. et al. (novembre 2019), « L’innovation contributive renforce-t-elle le pouvoir citoyen dans la ville numérique ? »
13. Labarthe, F. et M. Trainoir (novembre 2019), « Explorer les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique ».
14. Carral, M. del R. et al. (mars 2017), « Santé digitale ».
15. Instance consultative sous l’égide du ministère de la Santé.
16. Site de l’Université Ouverte des Humanités de Nice : http://unt.unice.fr/uoh/espaces-publics-places/la-place-des-yuccas-dans-son-contexte-historique/
17. Moser, G. et K. Weiss (2003), Espaces de vie ; Dernat, S. et al. (2018), Sociocognitive representations of geographicalspace.
18. Lévy, J. et M. Lussault (2003), Dictionnaire de la géographie.
19. Ibid.
20. Latour, B. et E. Hermant (1998), Paris ville invisible.
21. Bart, C. L. et T. Procureur (novembre 2011), « Quand les Côtes du Nord sont devenues les Côtes d’Armor. Le département entre identité et attractivité ».
22. Bourdieu, P. (1993), La Misère du monde.
23. Site Officiel de la ville de Nice, URL : https://www.nice.fr/fr/habitat-et-urbanisme/le-projet-des-moulins
24. Imhoff, C. (octobre 2019), « L’animation de communauté sur le réseau social d’entreprise ».
25. Cases, A.-S. (2017), « L’e-santé ».


Références bibliographiques

Akrich, M. et al. (2006), Sociologie de la traduction : Textes fondateurs, 1re édition, Paris, Transvalor – Presses des mines.

Ambrosino, C. et al. (2018), « Résiliente, collaborative et bricolée. Repenser la ville créative à « l’âge du faire » », Géographie, économie, société, vol. 20, n°1, p. 5‑13.

Bart, C. L. et T. Procureur (novembre 2011), « Quand les Côtes du Nord sont devenues les Côtes d’Armor. Le département entre identité et attractivité », Mots. Les langages du politique,n°97, p. 31‑44.

Boubaker Nobilet, P. et M. Ihadjadene (décembre 2019), « Approche de l’expérience informationnelle des personnes défavorisées », Les Enjeux de l’information et de la communication, p. 57‑67.

Bourdieu, P. (1993), La Misère du monde, Paris, Seuil.

Carral, M. del R. et al. (mars 2017), « Santé digitale : promesses, défis et craintes. Une revue de la littérature », /data/revues/12691763/v23i1/S1269176316300244/,.

Cases, A.-S. (2017), « L’e-santé : l’empowerment du patient connecté, Digital Health: connected patient empowerment », Journal de gestion et d’économie médicales, vol. 35, n°4, p. 137‑158.

Chamard, C. et L. Schlenker (2017), « La place du marketing territorial dans le processus de transformation territoriale », Gestion et management public,n°3, p. 41‑57.

Crosnier, H. L. et P. Vidal (avril 2017), « Entre fragilité et innovation sociale, les communs urbains à l’heure du numérique. Avant-propos », Netcom. Réseaux, communication et territoires,n°31‑1/2, p. 05‑08.

Dernat, S. et al.(2018), Sociocognitive representations of geographical space, Strasbourg, France.

Douay, N. (décembre 2014), « Mouvements sociaux numériques et aménagement de l’espace », Informations sociales,n°5, p. 123‑130.

Hammoudi, T. (juin 2016), « De l’urbs oppidum à la datapolis », Sciences du Design,n°1, p. 42‑49.

Hirt, I. et C. Desbiens (2017), « L’aménagement du territoire et la question de la différence culturelle au Canada. De l’invisibilité à la visibilisation des peuples autochtones », Annales de geographie,n°6, p. 704‑727.

Imhoff, C. (octobre 2019), « L’animation de communauté sur le réseau social d’entreprise : injonction à la collaboration et invisibilisation de la coordination », Communication Organisation,n°1, p. 91‑104.

Labarthe, F. et M. Trainoir (novembre 2019), « Explorer les déclinaisons de l’empowerment en régime numérique », Terminal. Technologie de l’information, culture & société,n°125‑126.

Latour, B. et E. Hermant (1998), Paris ville invisible, Paris : Le Plessis-Robinson, Empécheurs de penser rond.

Latour, B. et al. (mai 2013), « « Le tout est toujours plus petit que ses parties », “The whole is always smaller than its parts” », Réseaux,n°177, p. 197‑232.

Lévy, J. et M. Lussault (2003), Dictionnaire de la géographie, Paris, Belin.

Morin, E. (1990), Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF Editeur.

Moritz, M. (avril 2016), « Big data et villes éco-intelligentes », I2D Information, donnees documents,n°1, p. 62‑63.

Moser, G. et K. Weiss (2003), Espaces de vie: Aspects de la relation homme-environnement, Paris, Armand Colin.

Noyer, J-M, Brèves réflexions sur les devenirs des économies politiques de santé : IOT, Molécularisation- Epigénétique, Individuation psychique et collective de la santé, ISTE Open sciences, publié le 8 février 2019.

Offner, J.-M. (juin 2018), « La smart city pour voir et concevoir autrement la ville contemporaine », Quaderni,n°96, p. 17‑27.

Peugeot, V. et al. (novembre 2019), « L’innovation contributive renforce-t-elle le pouvoir citoyen dans la ville numérique ? », Reseaux,n°6, p. 143‑169.

Raoul, B. (octobre 2011), « Territoires, images et imaginaires de quartier. Rapport au lieu et sens du lieu dans les lignes de journaux de quartier », Communication. Information médias théories pratiques,.

Voirol, O. (2005), « Présentation », Reseaux,n°1, p. 9‑36.

Pour citer cette article

, et , "Du visible à l’invisible : Une autre lecture de la ville au prisme d’outils connectés", RIMEC [en ligne], 05 | 2020, mis en ligne le 07 juillet 2020, consulté le 10 August 2020. URL: http://www.revue-rimec.org/du-visible-a-linvisible-une-autre-lecture-de-la-ville-au-prisme-doutils-connectes/